La bourse ferme dans 3 h 6 min
  • CAC 40

    6 750,77
    -15,74 (-0,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 218,83
    -5,14 (-0,12 %)
     
  • Dow Jones

    35 756,88
    +15,73 (+0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,1623
    +0,0020 (+0,17 %)
     
  • Gold future

    1 797,20
    +3,80 (+0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    50 721,45
    -3 584,87 (-6,60 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 415,40
    -89,75 (-5,96 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,77
    -0,88 (-1,04 %)
     
  • DAX

    15 704,98
    -52,08 (-0,33 %)
     
  • FTSE 100

    7 271,38
    -6,24 (-0,09 %)
     
  • Nasdaq

    15 235,71
    +9,01 (+0,06 %)
     
  • S&P 500

    4 574,79
    +8,31 (+0,18 %)
     
  • Nikkei 225

    29 098,24
    -7,77 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    25 628,74
    -409,53 (-1,57 %)
     
  • GBP/USD

    1,3747
    -0,0016 (-0,12 %)
     

Le Plan B de la SNCF après le fiasco de la rénovation de la Gare du Nord

·2 min de lecture

Stoppé net sur fond de dérapages budgétaires, le projet de rénovation de la gare du Nord souligne les limites du modèle de sa filiale Gares & Connexions devenue une société anonyme en 2020.

Ce 24 septembre, les danseurs chaloupent au ryth­me du piano d’André Manoukian, mais le cœur n’y est pas vraiment, lors de l’inauguration de la gare Montparnasse rénovée. Les discours des officiels s’enchaînent un peu convenus, entrecoupés par les sifflets de la CGT qui s’est invitée à la cérémonie. Au dernier moment, la maire de Paris, Anne Hidalgo, a renoncé à venir, tandis que Jean-Pierre Farandou, le président de la SNCF, palabre avec les syndicalistes. A la tribune, sanglée dans un strict tailleur noir, Marlène Dolveck, la patronne de Gares & Connexions, : "Ce projet d’exception est arrivé à son terme dans le respect de nos engagements initiaux."

Les voyageurs de la gare du Nord attendront

Trois jours plus tôt, elle a réuni en urgence son conseil d’administration pour stopper le chantier de la première gare d’Europe, aux 700.000 voyageurs quotidiens. La filiale de la SNCF a beau être pour la première fois coactionnaire à 34% de ce projet financé par Ceetrus (groupe Auchan), la foncière de la famille Mulliez, elle préfère tout débrancher. Ce programme pharaonique, chiffré initialement à 600 millions d’euros, prévoyait une immense nef en verre recouverte d’un jardin suspendu, des terrains de sport, des espaces d’exposition et de nombreux commerces. "Ils auraient rapporté 1 milliard d’euros à la SNCF durant les quarante-six années de la concession", grince le partenaire éconduit.

Gares&Connexions avance deux arguments pour justifier ce renoncement: "Un surcoût très important est désormais à prévoir, portant le coût global du projet à 1,5 milliard d’euros; et la fin des travaux, qui interviendra au plus tôt en 2026, soit bien après les jeux Olympiques de 2024". Difficile pourtant de plaider la surprise totale face ces dérapages. "Plusieurs cadres de la joint-venture avec Auchan venaient de la SNCF", rappelle un bon connaisseur du dossier. Mais la pression politique ne cessait de monter: certes, Anne Hidalgo avait personnellement soutenu en 2018 ce lifting géant à l[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles