La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 949,01
    -207,68 (-0,61 %)
     
  • Nasdaq

    11 910,52
    -203,27 (-1,68 %)
     
  • Nikkei 225

    27 606,46
    -79,01 (-0,29 %)
     
  • EUR/USD

    1,0716
    -0,0015 (-0,14 %)
     
  • HANG SENG

    21 283,52
    -15,18 (-0,07 %)
     
  • BTC-EUR

    21 352,96
    -482,40 (-2,21 %)
     
  • CMC Crypto 200

    526,92
    -9,97 (-1,86 %)
     
  • S&P 500

    4 117,86
    -46,14 (-1,11 %)
     

Une plainte pour escroquerie déposée contre des influenceurs de la téléréalité

AFP/Archives - DAMIEN MEYER

Une association regroupant une centaine de personnes vient de déposer une plainte contre des influenceurs français pour escroquerie en bande organisée et abus de confiance.

Selon nos confrères de France Info, le Collectif d’Aide aux Victimes d’Influenceurs (AVI) qui regroupe une centaine de personnes a annoncé déposer une plainte au tribunal de Paris, avec l'aide du cabinet d'avocats Ziegler & Associés pour "mettre des influenceurs de télé-réalité face aux conséquences juridiques de leurs actes". Les plaignants visent l'influenceur Marc Blata et son épouse Nada et la plateforme internet Animoon qui a vendu des NFT (Non Fongible Tokens) inspirés de Pokemon à plus de 5000 investisseurs. Lors du lancement, les fondateurs d'Animoon promettaient des gains très importants aux premiers investisseurs : 2 500 dollars offerts mensuellement à vie, des vêtements de luxe, des voyages au Japon, gains de cartes Pokémon...

Pendant des mois, plusieurs influenceurs français, dont le couple Blata, ont activement fait la promotion d’Animoon et de son intérêt financier sur les réseaux sociaux. Mais près de 5 mois plus tard, aucun investisseur français n'aurait reçu de dividende ou de cadeaux d'Animoon et les fondateurs sont devenus injoignable. Les Blata ont aussi beaucoup communiqué sur le Forex qui permet d'investir sur le marché des devises mais réputé périlleux pour les épargnants. "En lançant ces recours, écrit le collectif AVI dans un communiqué, nous souhaitons mettre en garde le public jeune et moins jeune sur les dangers des promotions de certaines 'stars' sans scrupule, pointer la passivité des plateformes, souligner l'impuissance des institutions et encourager d’autres procédures identiques". Leurs avocats promettent de transmettre à la justice un certain nombre de noms et de pièces utiles à ce dossier.

Le 9 décembre dernier, le ministère de l’Économie et des Finances a lancé une concertation pour encadrer les mauvaises pratiques dans le secteur des influenceurs, et réfléchir à une nouvelle réglementation renforçant notamment les obligations des réseaux sociaux. Et Marie-Anne Barbat-Layani, la nouvelle présidente de l'Autorité des Marchés Financ[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi