La bourse est fermée

Placements : et si vous profitiez de la baisse pour vous lancer en Bourse...

«La Bourse, c’est trop risqué !» Comme beaucoup de Français, peut-être tenez-vous ce discours ?

Et la forte baisse des actions de ces derniers jours n’aidera pas à vous faire changer d’avis sur ce point. Depuis le 19 février dernier, le CAC 40 a en effet plongé de 12%, paniqué par l’expansion de l’épidémie de coronavirus à l’ensemble de la planète.

12% en quelques jours c’est beaucoup. Mais c’est aussi peu ou prou ce qu’un investisseur accepte de «perdre» instantanément lorsque qu’il achète un bien immobilier (ou une part dans une SCPI) en raison des divers frais qui s’appliquent à ce type de transaction (frais dits de notaire, frais d’agence, frais de dossier pour un emprunt, frais de gestion etc.). De quoi relativiser, même si la Bourse et l’immobilier restent des investissements bien différents à de nombreux égards (liquidité, effet de levier, volatilité, taxation etc.).

Pas faite pour vous, la Bourse ?

La volatilité des actions n’est pas une nouveauté. La Bourse a déjà connu de nombreuses périodes de forts replis dans son histoire. Suivis généralement de forts rebonds.

La récente baisse des marchés pourrait ainsi offrir une opportunité.

Avec un CAC 40 à plus de 6.000 points en janvier, un record depuis 2007, vous vous disiez peut-être qu’il était trop tard pour investir - un sentiment confirmé par les récents développements.

Mais, sous les 5.500 points, l’indice parisien est devenu plus abordable et le risque d’acheter au plus-haut est écarté !

La crainte du krach

Bien sûr, la baisse des marchés n’est peut-être pas terminée. La sévère correction de février peut se transformer en véritable krach boursier si l’épidémie de coronavirus plonge la zone euro en récession.

Impossible de le prédire à ce stade.

Ce qui est sûr, c’est que le contexte de taux d’intérêt très bas n’a pas changé. Trouver une rémunération Cliquez ici pour lire la suite