Marchés français ouverture 4 h 38 min
  • Dow Jones

    30 937,04
    -22,96 (-0,07 %)
     
  • Nasdaq

    13 626,06
    -9,93 (-0,07 %)
     
  • Nikkei 225

    28 596,06
    +49,88 (+0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,2162
    -0,0006 (-0,05 %)
     
  • HANG SENG

    29 354,88
    -36,38 (-0,12 %)
     
  • BTC-EUR

    26 053,16
    -895,92 (-3,32 %)
     
  • CMC Crypto 200

    638,46
    -8,86 (-1,37 %)
     
  • S&P 500

    3 849,62
    -5,74 (-0,15 %)
     

Placements : du crowdfunding immobilier désormais disponible auprès de votre CGP

·2 min de lecture

Pour de nombreux conseillers en gestion de patrimoine (CGP), le crowdfunding reste un sujet lointain. Lorsqu’il est question d’accompagner un client en investissement immobilier, le réflexe est plutôt de penser à l’immobilier d’investissement (type Pinel ou autre solution à la fiscalité favorable), aux SCPI ou aux OPCI, voire aux «clubs deals» structurés par certaines sociétés de gestion. Et pour cause : ces produits, connus et reconnus du grand public et des professionnels du conseil, permettent également un travail en interprofessionnalité. Pourtant, le crowdfunding immobilier commence à trouver sa place dans cet univers. Encore embryonnaire il y a 5 ans, le secteur est désormais en voie de maturité, avec un cadre réglementaire parfaitement établi. Les plates-formes de crowdfunding proposent une offre diversifiée, chaque levée de fonds trouve rapidement ses investisseurs. La mécanique est huilée et a su trouver des réponses lors de la crise sanitaire, qui a seulement provoqué d’éventuels retards sur la mise en oeuvre et la livraison des projets. Les rendements sont au rendez-vous, avec des taux de 7 à 11% brut par an dans la plupart des cas. Malgré leur attractivité, ces types de placements sont encore peu nombreux à être conseillés par des CGP auprès de la clientèle privée. Peut-être à cause d’un frein, à tort : les professionnels gardent en tête que le crowdfunding ne permet pas d’obtenir de rétrocession sur l’investissement, et qu’un conseil sur cette classe d’actifs ne peut être rémunéré que sous forme d’honoraires. Peu de CGP ont donc tenté l’expérience, alors même que l’ANACOFI – en partenariat avec FPF et le cabinet Kramer Levin – ont établi un contrat de place – validé par l’Autorité des Marchés Financiers - précisant le cadre réglementaire de ces commissions interprofessionnelles. FCPR : une nouvelle façon d’investir en crowdfunding Pour Cliquez ici pour lire la suite