La bourse est fermée

Placement : un fonds norvégien pour investir dans les énergies renouvelables

L’équipe de gestion du fonds norvégien DNB Fund Renewable Energy était de passage à Paris le 13 novembre dernier pour présenter ses choix de valeurs et ses performances.

Depuis un an, la société de gestion norvégienne DNB Asset Management a ouvert un bureau parisien, dirigé par Marta Oudot. Elle affiche un encours proche de 65 milliards d’euros.

Géré par Jon Sigurdsen et Christian Rom, le fonds spécialisé dans les énergies renouvelables (code LU0302296149) a progressé de 8,2% en un an au 12 novembre (46e sur 125 selon Quantalys), de 39,4% en trois ans (15e sur 114), de 46% en cinq ans (10e sur 90) et de 95% en huit ans (10e sur 75).

L'éolien, les bio-carburants et les matériaux sont privilégiés

Les deux gérants insistent sur l’urgence climatique qui augmente la pression sur les gouvernements pour le développement des énergies moins polluantes et «durables».

Les soutiens aux entreprises favorables à l’environnement viennent des objectifs de réduction des émissions de CO2, de l’essor de l’économie circulaire, des solutions pour limiter les besoins croissants d’énergie, de la meilleure compétitivité du solaire et de l’éolien.

Le portefeuille est concentré sur vingt-cinq à quarante-cinq valeurs, les quinze premières positions comptant pour 70% de l’encours. Comparé à son indice de référence, le WilderHill New Energy Global Innovation Index (NEX), le fonds «sous-pondère» les producteurs d’énergie (27% de l’encours contre 37% dans le NEX), le solaire (7% contre 14%) et le stockage d’énergie (1% contre 9%).

Il «sur-pondère» les économies d’énergies (23% contre 17% pour le NEX), les matériaux (19% contre 3%), l’éolien (11% contre 7%), les bio-carburants (10% contre 5%).

Amérique du Nord et Europe 

La valeur d’entreprise (capitalisation plus dette nette) rapportée au résultat opérationnel attendu à douze mois ressort en moyenne à 11,1 dans le ...