Marchés français ouverture 1 h 51 min
  • Dow Jones

    31 496,30
    +572,20 (+1,85 %)
     
  • Nasdaq

    12 920,15
    +196,65 (+1,55 %)
     
  • Nikkei 225

    28 706,48
    -157,84 (-0,55 %)
     
  • EUR/USD

    1,1918
    -0,0007 (-0,06 %)
     
  • HANG SENG

    28 742,82
    -355,47 (-1,22 %)
     
  • BTC-EUR

    42 753,53
    +1 090,82 (+2,62 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 031,89
    +88,72 (+9,41 %)
     
  • S&P 500

    3 841,94
    +73,47 (+1,95 %)
     

Piratage sportif: Canal+ a-t-il obtenu sa loi contre le streaming?

·2 min de lecture

Pour sauver le foot français, Canal+ avait formulé plusieurs demandes à l'Etat. Parmi celles-ci une lutte réellement efficace contre le piratage. Une proposition de loi luttant contre le streaming sportif et l'IPTV est sur les rails.

Le hasard fait bien les choses. Si le foot français n'est pas sauvé par sa diffusion sur Canal+ jusqu'à la fin de la saison, et , au moins la chaîne cryptée a vu une de ses demandes écoutée. Canal demandait une baisse de la TVA, un changement sur la chronologie des médias, et surtout une loi pour mieux lutter sur le piratage sportif en France. L'article 10 de la proposition de loi , déposé le groupe La République en marche (LREM) fin janvier, porte justement sur la lutte contre le streaming illégal et la diffusion via IPTV des compétitions sportives.

"Je me suis fâché au CSA [Conseil supérieur de l'audiovisuel, NDLR], confie une source haut placée, proche de la chaîne cryptée. Ils m'ont dit: on doit fusionner avec la Hadopi, cela prend du temps. Je leur ai dit que tant qu'il n'y aurait pas de loi sur le piratage, on ne bougerait pas sur la Ligue 1." Le piratage sportif depuis un an. L'explosion de l'offre entre différents acteurs depuis l'arrivée de RMC Sport, poursuivie par la brève parenthèse Mediapro, a conduit les fans de foot vers des solutions illégales. La chaîne Telefoot de Mediapro devait diffuser 80% de la Ligue 1 durant 4 saisons avant de ne pas assurer ses paiements, et de devoir s'arrêter précocement.

La Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur internet (Hadopi) estime à 3,4 millions d’internautes ayant regardé lors du mois de septembre 2020 des matchs en direct en utilisant le streaming ou les offres IPTV illégales. La hausse est de l'ordre de 70% par rapport à la moyenne observée en 2019. Le gendarme de lutte contre le piratage chiffre à un milliard d'euros le manque à gagner pour les diffuseurs sportifs.

"Rien à voir avec le fiasco de Mediapro"

L'intention législative de lutter contre le streaming illégal n’a rien à voir avec le fiasco de Mediapro et les demandes de Canal+ se défend Cédric Roussel, député LREM en pointe sur les sujets de droits sportifs. Ce phénomène a pris de l’ampleur au fur et à mesure des anné[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi