Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 094,97
    -7,36 (-0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 035,41
    -2,19 (-0,04 %)
     
  • Dow Jones

    39 069,59
    +4,33 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,0850
    +0,0032 (+0,2929 %)
     
  • Gold future

    2 335,20
    -2,00 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    63 537,39
    +230,28 (+0,36 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 445,22
    -22,88 (-1,56 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,80
    +0,93 (+1,21 %)
     
  • DAX

    18 693,37
    +2,05 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    8 317,59
    -21,64 (-0,26 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,79
    +184,76 (+1,10 %)
     
  • S&P 500

    5 304,72
    +36,88 (+0,70 %)
     
  • Nikkei 225

    38 646,11
    -457,11 (-1,17 %)
     
  • HANG SENG

    18 608,94
    -259,77 (-1,38 %)
     
  • GBP/USD

    1,2738
    +0,0040 (+0,3146 %)
     

« Le piratage du pauvre » : des hackers russes piratent des PME en France pour « nuire à l’OTAN »

Plusieurs petites entreprises françaises ont été « défacées » par des hacktivistes russes. Leur page d’accueil affiche désormais un message contre l’OTAN.

Un groupe d’hacktivistes russes s’est attaqué à plusieurs sites de PME françaises, pour « faire passer un message ». Cinq sociétés ont été touchées le 8 mai 2023 : leur page d’accueil affiche désormais un « Fuck l’OTAN », avec une image du collectif de hacker baptisé Usersec, en signature. Les sites ont subi un défacement, une technique qui existe depuis les premiers pirates. Les malfaiteurs s’attaquent aux accès administrateurs, le plus souvent par une injection SQL – un langage de requête – pour s’en prendre à la page d’accueil et diffuser un message.

La page d'acceuil de l'un des sites défacés.  // Source : Numerama
La page d'acceuil de l'un des sites défacés. // Source : Numerama

Nous avons contacté les victimes qui, pour la majorité, n’avaient pas encore regardé leur site aujourd’hui et n’étaient pas particulièrement touchées. « C’est une surtout, une vitrine, on l’utilise peu » nous a expliqué un gérant. Il semblerait également que ce soit un prestataire qui a été touché en amont, laissant la possibilité aux hackers de s’attaquer aux clients. On ne peut savoir comment les hacktivistes ont défini leur cible. N’importe quelle fuite de données leur aurait potentiellement permis de choisir leur victime.

Une nouvelle technique chez les hacktivistes

Le défacement de site est nouveau dans les opérations des hacktivistes.

[Lire la suite]