La bourse ferme dans 4 h 34 min
  • CAC 40

    5 894,93
    +99,97 (+1,73 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 416,49
    +56,66 (+1,69 %)
     
  • Dow Jones

    30 967,82
    -129,44 (-0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,0196
    -0,0074 (-0,72 %)
     
  • Gold future

    1 760,00
    -3,90 (-0,22 %)
     
  • BTC-EUR

    19 726,09
    +200,95 (+1,03 %)
     
  • CMC Crypto 200

    435,81
    -4,21 (-0,96 %)
     
  • Pétrole WTI

    99,82
    +0,32 (+0,32 %)
     
  • DAX

    12 599,56
    +198,36 (+1,60 %)
     
  • FTSE 100

    7 153,75
    +128,28 (+1,83 %)
     
  • Nasdaq

    11 322,24
    +194,39 (+1,75 %)
     
  • S&P 500

    3 831,39
    +6,06 (+0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    26 107,65
    -315,82 (-1,20 %)
     
  • HANG SENG

    21 586,66
    -266,41 (-1,22 %)
     
  • GBP/USD

    1,1919
    -0,0033 (-0,28 %)
     

Il pique dans les caisses de l'entreprise familiale et part vivre la grande vie à Dubaï

Il rêvait de la vie de luxe et a décidé de se l'offrir. Cette histoire invraisemblable nous est racontée par 7 sur 7 le 8 juin. Un jeune homme belge âgé de 21 ans, à la tête d'une société en compagnie de son père, avec qui visiblement il ne s'entend pas très bien, a décidé de tout plaquer du jour au lendemain. Et pour cause, celui qui décrivait ne pas savoir "ce qui se passait dans l'entreprise" et qui n'avait pas "de véritable fonction" a finalement été licencié par son père il y a quelques semaines. Il a donc décidé de partir et de se venger.

Pour cela, explique 7 sur 7, il a pioché dans la caisse de l'entreprise et récupéré une somme rondelette : 55.800 euros. De quoi éponger ses dettes dans un premier temps, mais également lui permettre de mener la belle vie à… Dubaï. Le jeune de 21 ans a alors flambé aux Emirats et dépensé sans compter : une table au restaurant "Nusr-Et Steakhouse" du désormais très connu Salt Bae, une location de Lamborghini et surtout de nombreux rendez-vous avec des prostituées.

Quand son père s'en est rendu compte, il était évidemment trop tard, mais ce dernier a décidé de le poursuivre en justice. Finalement, le fils a été condamné à rembourser à la société tout l'argent dépensé et à 60 heures de travail d'intérêt général. Et ce genre d’affaires n’est pas si rare. Fin 2020, Capital vous racontait l'histoire de ces employés d'une entreprise de transport du Nord qui avaient volé pour 60.000 euros de bonbons, mais leur butin n'avait pas été retrouvé. En (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Faute de personnel, une restauratrice doit prendre une décision radicale
Les cambrioleurs rentraient chez eux en VTC
Décarboner les transports : la bataille contre la densité énergétique
Guerre en Ukraine : Emmanuel Macron bientôt à Kiev ?
CARTE. Covid-19 : les départements où l’épidémie repart

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles