Marchés français ouverture 2 h 43 min
  • Dow Jones

    33 876,97
    +586,89 (+1,76 %)
     
  • Nasdaq

    14 141,48
    +111,10 (+0,79 %)
     
  • Nikkei 225

    28 825,08
    +814,15 (+2,91 %)
     
  • EUR/USD

    1,1915
    -0,0010 (-0,08 %)
     
  • HANG SENG

    28 489,76
    +0,76 (+0,00 %)
     
  • BTC-EUR

    27 645,57
    -1 402,24 (-4,83 %)
     
  • CMC Crypto 200

    794,31
    -56,04 (-6,59 %)
     
  • S&P 500

    4 224,79
    +58,34 (+1,40 %)
     

La France risque-telle un Pearl Harbor cyber ?

·2 min de lecture

Une cyberattaque a contraint Colonial Pipeline à stopper l’activité d'un oléoduc qui fournit 45% du carburant de la côte Est. Si elle protège plutôt bien ses industriels stratégiques, la France n’est pas à l’abri de ce genre de scénario.

Pour les Etats-Unis, c’est l’humiliation de trop. Washington avait déjà dû faire face, depuis le début de l'année, à deux attaques majeures sur le front cyber: , fournisseur de grands groupes et d’agences fédérales américaines; et une , attribuée à des hackers chinois, qui avait vu la compromission de données de dizaines de milliers de clients. La dernière attaque, identifiée le 7 mai, se révèle encore plus symbolique. Cette fois, c'est un pipeline stratégique de la côte Est des Etats-Unis qui a été mis hors service lors d'une attaque par rançongiciel contre son propriétaire, la société Colonial Pipeline. La société a mis plusieurs jours pour redémarrer cet oléoduc, qui fournit 45% du carburant de la zone.

Ces trois attaques réussies en à peine six mois interpellent les spécialistes. , devant la Chine, le Royaume-Uni, la Russie, les Pays-Bas et la France. "Quand on voit les moyens cyber gigantesques mis sur la table par les Etats-Unis, cette série d'attaques est une véritable humiliation, estime Bernard Barbier, fondateur du cabinet BBCyber et ancien directeur technique de la DGSE. Avec les attaques contre Solarwinds et Microsoft notamment, la Russie et la Chine ont montré qu'elles pouvaient toucher des acteurs américains stratégiques."

Porosité américaine

Comment expliquer la porosité des défenses cyber américaines? "Malgré leur puissance financière, les Etats-Unis ont du retard sur la France sur la protection de leurs acteurs stratégiques, indique Jacques de la Rivière, patron de la pépite cyber française Gatewatcher. Leur agence de cybersécurité, la CISA (Cybersecurity and Infrastructure Security Agency), l'équivalent de l'ANSSI, n'a été créée qu'en 2018." Le gendarme français du cyber, l'ANSSI (Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information), avait quant à lui été créé en 2009. Il a, depuis, imposé aux entreprises et administrations stratégiques, dites OIV (opérateurs d'importance vitale), des obligations sur leur protection cyber.

Les quelques 220 [...]

Lire la suite sur challenges.fr

Cyberattaque contre un oléoduc américain: La guerre froide entre dans le cyberespaceMichel Van Den Berghe: "Pourquoi je quitte Orange Cyberdefense"Cyber: le darknet, supermarché des données de santé françaisesR&D, campus cyber... Comment la France veut doper ses capacités en cybersécuritéCyber: l'incroyable razzia américaine sur les pépites françaises

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles