La bourse ferme dans 8 h 13 min
  • CAC 40

    7 285,69
    +22,32 (+0,31 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 294,70
    +9,28 (+0,22 %)
     
  • Dow Jones

    32 859,03
    +141,43 (+0,43 %)
     
  • EUR/USD

    1,0902
    -0,0007 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    2 000,40
    +2,70 (+0,14 %)
     
  • Bitcoin EUR

    25 598,41
    -640,67 (-2,44 %)
     
  • CMC Crypto 200

    610,01
    -9,23 (-1,49 %)
     
  • Pétrole WTI

    74,41
    +0,04 (+0,05 %)
     
  • DAX

    15 522,40
    +193,62 (+1,26 %)
     
  • FTSE 100

    7 628,84
    +8,41 (+0,11 %)
     
  • Nasdaq

    12 013,47
    +87,24 (+0,73 %)
     
  • S&P 500

    4 050,83
    +23,02 (+0,57 %)
     
  • Nikkei 225

    28 041,48
    +258,55 (+0,93 %)
     
  • HANG SENG

    20 491,64
    +182,51 (+0,90 %)
     
  • GBP/USD

    1,2389
    -0,0001 (-0,01 %)
     

Pimkie va fermer une centaine de magasins alors que les Mulliez se retirent

Leonhard Foeger

EXCLUSIF - La chaîne de mode féminine sera cédée à un groupe d'industriels à la mi-février. Une centaine de magasins devraient fermer. La famille Mulliez, qui en était propriétaire et a décidé de vendre, accompagnera cette restructuration à hauteur de 250 millions d'euros.

Après la faillite de Camaïeu, c’est un nouveau coup dur pour le commerce français et ses salariés. Au terme d’une procédure de conciliation, Salih Halassi, entrepreneur franco-turc qui possède Kindy, prendra le contrôle de Pimkie à la mi-février, aux côtés de deux autres industriels. En grande difficulté, la chaîne de textile féminin devrait annoncer la fermeture d’une centaine de magasins sur les 213 qu’elle possède en direct et la suppression d'environ 500 emplois. La famille Mulliez, qui en est l’actuel propriétaire, s’est engagée à éponger la dette et à financer la restructuration jusqu’en 2025 pour un montant de 250 millions d’euros.

Lire aussiLe modèle du prêt-à-porter à bout de souffle

Un sous-investissement chronique et un positionnement risqué

La marque de mode, créée il y a un demi-siècle à Villeneuve-d’Ascq dans le Nord, souffre de la baisse régulière des achats de vêtements, notamment dans le milieu de gamme, et d’un sous-investissement dans l’informatique et la logistique quand l’e-commerce s’est développé. Comme Camaïeu, Pimkie a subi également l'arrivée récente de nouveaux acteurs redoutables comme le site chinois Shein, le discounter irlandais Primark ou le roi de l’occasion Vinted.

Faute d’un positionnement clair, entre cœur de ville et périphérie urbaine, la chaîne n’a pas réussi à se relancer. Elle a aussi dû faire face aux confinements liés au Covid et à la fermeture contrainte de ses magasins pendant de longues semaines. Et son réseau s’est étiolé. Les filiales belges et suisses ont été liquidées. Dans quelques semaines, le magasin du centre commercial de Belle Epine à Thiais (94) fermera ses portes.

Une enveloppe de 250 millions d'euros pour financer la transition

Pour relancer les ventes, de 220 millions d’euros l’an dernier, les nouveaux actionnaires, Salih Halassi, épaulé par Rami Smila (Lee Cooper) et le groupe turc Tekstil, vont injecter 25 millions d’euros. Ils projettent d’utiliser leur outil industriel en Turquie et en Tunisie pour ra[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi