Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 346,15
    +35,38 (+0,48 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 418,51
    +36,04 (+0,82 %)
     
  • Dow Jones

    36 245,50
    +294,61 (+0,82 %)
     
  • EUR/USD

    1,0885
    -0,0008 (-0,08 %)
     
  • Gold future

    2 091,70
    +34,50 (+1,68 %)
     
  • Bitcoin EUR

    36 150,48
    +542,83 (+1,52 %)
     
  • CMC Crypto 200

    802,76
    +11,20 (+1,41 %)
     
  • Pétrole WTI

    74,38
    -1,58 (-2,08 %)
     
  • DAX

    16 397,52
    +182,09 (+1,12 %)
     
  • FTSE 100

    7 529,35
    +75,60 (+1,01 %)
     
  • Nasdaq

    14 305,03
    +78,81 (+0,55 %)
     
  • S&P 500

    4 594,63
    +26,83 (+0,59 %)
     
  • Nikkei 225

    33 431,51
    -55,38 (-0,17 %)
     
  • HANG SENG

    16 830,30
    -212,58 (-1,25 %)
     
  • GBP/USD

    1,2714
    +0,0086 (+0,68 %)
     

La pilule du lendemain va devenir gratuite pour toutes

Peter Dazeley / Getty Images

L'accès à la contraception d'urgence, ou pilule du lendemain, va devenir gratuit pour toutes les femmes quel que soit leur âge, en pharmacie et sans ordonnance, annonce le ministre de la Santé, François Braun, dans une interview mise en ligne mardi par le quotidien 20 Minutes. Le dépistage des infections sexuellement transmissibles sera également gratuit et sans ordonnance jusqu'à 26 ans, et ces deux mesures seront inscrites dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale 2023, qui sera présenté en conseil des ministres le 26 septembre. "En ce qui concerne la contraception féminine, nous renforçons (...) la protection des femmes en facilitant leur accès à la contraception d'urgence (ou pilule du lendemain) en pharmacie, de manière gratuite et sans ordonnance, à tout âge", annonce le ministre.

Jusqu'ici, la pilule du lendemain était disponible gratuitement et sans ordonnance uniquement pour les mineures, auprès des pharmacies, des infirmières scolaires ou dans les centres de dépistage ou de santé sexuelle, et pour les étudiantes majeures. Le coût en pharmacie pour les personnes majeures variait entre 3 et une vingtaine d'euros selon les médicaments, avec une possibilité de prise en charge partielle par la sécurité sociale sur présentation d'une prescription.

Concernant le dépistage des IST, seul celui du VIH était jusqu'ici gratuit. "Désormais, la possibilité de dépistage sera étendue à toutes les infections sexuellement transmissibles pour lutter le plus précocement (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Comment les filtres Instagram façonnent notre vision de la beauté
La BCE compte tout faire pour empêcher l'inflation de "s'incruster"
Paris : les illuminations et les vitrines de Noël aussi victimes de la crise énergétique
Trois quarts des entreprises européennes pâtissent de la stratégie "zéro Covid" de la Chine
Les mesures des assureurs pour votre pouvoir d’achat, qui doit payer les réparations d’une location ? Le flash éco du jour