La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 762,34
    +85,47 (+1,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 318,20
    +39,16 (+1,19 %)
     
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,10 (-1,71 %)
     
  • EUR/USD

    0,9801
    -0,0018 (-0,19 %)
     
  • Gold future

    1 668,30
    -0,30 (-0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    19 695,94
    -236,98 (-1,19 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,49
    +0,06 (+0,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,74
    -1,49 (-1,83 %)
     
  • DAX

    12 114,36
    +138,81 (+1,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 893,81
    +12,22 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,89 (-1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,84 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,96 (+0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,1166
    +0,0043 (+0,38 %)
     

Pierre-Olivier Gourinchas, qui est le chef économiste du FMI?

PORTRAIT Mi-théoricien mi-praticien, cet économiste est l'un des plus reconnus et influents de la planète. Depuis Washington, le Frenchy oriente la stratégie mondiale du FMI, sans idéologie. Et tant pis pour la doxa en cours.

Le titre de l'article laisse flotter un parfum moqueur: "The Superiority of Economists." Dans le très sérieux Journal of Economic Perspectives, en cet hiver 2015, trois sociologues français se penchent sur "la position dominante de l'économie dans le réseau des sciences sociales aux Etats-Unis". Et ils ne peuvent s'empêcher de lancer quelques piques: "Les économistes se distinguent des autres spécialistes des sciences sociales par leur situation matérielle nettement meilleure", écrivent-ils, au point que leur "supériorité" les a "exposés davantage aux conflits d'intérêts, aux critiques politiques, voire à la dérision". L'une des trois auteurs s'appelle Marion Fourcade, professeure de sociologie renommée à l'université de Berkeley. Son époux? Pierre-Olivier Gourinchas, économiste lui aussi à Berkeley et l'un des plus brillants spécimens de sa profession.

CV intimidant

On sait s'amuser chez les Gourinchas. Qui l'eût cru? Avec sa barbe grisonnante taillée au millimètre et son regard tout en réserve de pasteur de canton suisse, le chef économiste du Fonds monétaire international (FMI) n'a pas vraiment l'air d'un joyeux drille. Et pourtant, ses amis - ceux qui ne l'appellent pas "POG" mais Pierre-Olivier et savent que le "s" à la fin de son nom est muet - le disent et le répètent: il est drôle, ouvert, chaleureux. Peut-être pas au point de l'embaucher pour chauffer une salle. "C'est quand même quelqu'un de plutôt mesuré", concède Gabriel Zucman, également professeur à Berkeley, avec Emmanuel Saez. Un établissement que Pierre-Olivier Gourinchas a rejoint en 2003. L'une des universités les plus connues au monde. En y ajoutant Polytechnique, les Ponts, le Massachusetts Institute of Technology, Stanford, Princeton et un prix du Meilleur jeune économiste de France, voilà un CV plutôt intimidant.

Poste stratégique

En janvier dernier, il a été nommé à l'un des postes les plus stratégiques de la galaxie des organisations internationales. Il a succédé à l'Indo-Américaine Gita Gop[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi