La bourse ferme dans 2 h 53 min
  • CAC 40

    5 617,28
    +18,67 (+0,33 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 614,79
    +19,37 (+0,54 %)
     
  • Dow Jones

    30 930,52
    +116,26 (+0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,2105
    -0,0028 (-0,23 %)
     
  • Gold future

    1 838,90
    -1,30 (-0,07 %)
     
  • BTC-EUR

    28 529,44
    +22,83 (+0,08 %)
     
  • CMC Crypto 200

    680,40
    -34,80 (-4,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    53,49
    +0,51 (+0,96 %)
     
  • DAX

    13 903,66
    +88,60 (+0,64 %)
     
  • FTSE 100

    6 710,50
    -2,45 (-0,04 %)
     
  • Nasdaq

    13 197,18
    +198,68 (+1,53 %)
     
  • S&P 500

    3 798,91
    +30,66 (+0,81 %)
     
  • Nikkei 225

    28 523,26
    -110,20 (-0,38 %)
     
  • HANG SENG

    29 962,47
    +320,19 (+1,08 %)
     
  • GBP/USD

    1,3661
    +0,0027 (+0,20 %)
     

Pierre Mathiot, directeur de Sciences-Po Lille: "Enormément de choses changent à l’université"

·2 min de lecture

INTERVIEW - Le directeur de Sciences-Po Lille, à l'origine de la réforme du bac, analyse l'impact de la pandémie sur les étudiants et l'enseignement supérieur.

Challenges - Avec cette crise sans précédent, que deviennent vos diplômés ?

Pierre Mathiot - Certains ont décidé de poursuivre leurs études en master spécialisé, d’autres continuent leur stage grâce aux dérogations du ministère. On en saura plus en début d’année quand ils entreront sur le marché du tra­vail. Mais plus que jamais, la réputa­tion d’une école et sa marque sont déterminantes.

Et ceux qui devaient partir en année de césure à l’étranger ?

A l’IEP de Lille, on autorise encore des départs à l’étranger ! On a aussi desserré l’étreinte en permettant de remplacer un séjour académique par un stage en entreprise. C’est sûr qu’un apprentissage à l’Opéra de Lille en télétravail, c’est surprenant. Mais il y en a aussi de très intéres­sants dans les collectivités locales ou les hôpitaux.

A découvrir

Concrètement, comment sont organisés les cours ?

Nous sommes passés en distanciel intégral et les retours sont plutôt bons. La bande passante du site a été renforcée et les TD en petit groupe se font sur Zoom ou Teams. Nous avons aussi créé un studio pour enregistrer les cours magis­traux. Les professeurs remarquent que les élèves posent des questions plus facilement par messagerie. Mais, évidemment, ce n’est pas idéal. Certains étudiants ne sont pas revenus à Lille après la Toussaint.

N’y a-t-il pas un risque de décrochage pour les plus fragiles ?

Des élèves, notamment en première année, souffrent d’être seuls. Ils ne savent pas prendre de notes, mettent parfois dix heures pour ve­nir à bout d’un cours de deux heures, car ils le séquencent, s’attardent sur les documents joints… On a nommé des profs principaux et créé un tutoriel de méthodologie pour éviter la noyade. Et puis, il n’y a plus de vie sociale, le modèle est dégradé. Ils sont dans la déception compréhensive, . Mais si ça devait durer, la colère risque de monter.

Il y a aussi les lycéens concernés par la réforme du bac, à laquelle vous avez contribué, qui arrivent. Quel bilan en faites-vous ?

Cette réforme s[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Cote des diplômes: les clés du monde d’aprèsParcoursup: mode d'emploi du site d'inscription des bacheliers dans l'enseignement supérieur Bachelors, BTS, DUT et licences pro: une sélection rapide pour l'emploiPourquoi faire une école de commerce postbac ou postprépaDes masters universitaires dans la cour des grands