La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 762,34
    +85,47 (+1,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 318,20
    +39,16 (+1,19 %)
     
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,10 (-1,71 %)
     
  • EUR/USD

    0,9801
    -0,0018 (-0,19 %)
     
  • Gold future

    1 668,30
    -0,30 (-0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    19 696,91
    -244,73 (-1,23 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,49
    +0,06 (+0,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,74
    -1,49 (-1,83 %)
     
  • DAX

    12 114,36
    +138,81 (+1,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 893,81
    +12,22 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,89 (-1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,84 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,96 (+0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,1166
    +0,0043 (+0,38 %)
     

Le pic automobile pronostiqué en 2039

Les embouteillages sont-ils le fait de l'automobile ou plutôt d'une urbanisation poussant au développement des mégalopoles ?  - Credit:Vincent Isore / MAXPPP / IP3 PRESS/MAXPPP
Les embouteillages sont-ils le fait de l'automobile ou plutôt d'une urbanisation poussant au développement des mégalopoles ? - Credit:Vincent Isore / MAXPPP / IP3 PRESS/MAXPPP

On ne renverse pas la vapeur comme ça. La demande des consommateurs pour des véhicules automobiles, gage d'indépendance et de liberté, ne devrait pas ralentir avant 2040. C'est du moins l'estimation faite par un institut de prévision, Bloomberg New Energy Finance (BNEF), qui voit une croissance continue des ventes dans le monde jusqu'en 2036. Thermique ou électrique, peu importe, le parc roulant devrait atteindre 1,5 milliard de véhicules particuliers roulant sur la terre en 2039.

Pour une population mondiale estimée, elle, à 9 milliards d'individus à la même échéance, le taux d'équipement représenterait ainsi une moyenne de 1 véhicule pour 6 habitants. Avec de fortes disparités entre les pays occidentalisés et multimotorisés et ceux qui seront toujours en voie de développement, qui s'en remettront encore à d'autres moyens de transport. Avec, à l'image de ce qui s'est passé sur les autres continents, une forte aspiration à s'équiper un jour, signe extérieur de réussite.

Cette dimension a-t-elle été prise en compte par l'étude de BNEF ? Il semble que l'institut table surtout sur la décroissance de l'offre de carburants fossiles qui ne sera pas compensée entièrement par la montée des ventes des véhicules électriques. Totalement inadaptés à ces pays défavorisés, ils expliquent peut-être un tassement de l'offre de véhicules occidentaux, mais certainement pas d'une offre en berne de la part des Asiatiques qui joueront sur les deux tableaux : électriques dans les [...] Lire la suite