La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 612,76
    -21,01 (-0,32 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 089,30
    -27,47 (-0,67 %)
     
  • Dow Jones

    34 935,47
    -149,06 (-0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,1872
    -0,0024 (-0,20 %)
     
  • Gold future

    1 816,90
    -18,90 (-1,03 %)
     
  • BTC-EUR

    34 866,93
    -319,82 (-0,91 %)
     
  • CMC Crypto 200

    955,03
    +5,13 (+0,54 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,81
    +0,19 (+0,26 %)
     
  • DAX

    15 544,39
    -96,08 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 032,30
    -46,12 (-0,65 %)
     
  • Nasdaq

    14 672,68
    -105,59 (-0,71 %)
     
  • S&P 500

    4 395,26
    -23,89 (-0,54 %)
     
  • Nikkei 225

    27 283,59
    -498,83 (-1,80 %)
     
  • HANG SENG

    25 961,03
    -354,29 (-1,35 %)
     
  • GBP/USD

    1,3908
    -0,0050 (-0,35 %)
     

Photonis, Rafaut... HLD, le fonds qui aime la défense

·2 min de lecture

Après avoir fait décoller Rafaut, le fonds de Jean-Bernard Lafonta va boucler l'acquisition de Photonis en juillet. Un focus sur l'industrie de défense qui tranche avec la frilosité des autres acteurs européens.

Dans la grande famille des investisseurs européens, il y a deux écoles. Celle, ultramajoritaire, qui se bouche le nez dès qu'on évoque des prises de participations dans la défense : trop de risque pour la réputation, trop de pression des ONG, trop d'incertitudes sur la sortie. Et puis il y a HLD. La société d'investissement créée par Jean-Bernard Lafonta, ancien patron de Wendel, s'apprête même à frapper un grand coup dans le domaine militaire, avec le bouclage, prévu en juillet, du rachat du champion de la vision nocturne Photonis pour 370 millions d'euros. L'épilogue d'une et l'arrivée de HLD en chevalier blanc en février. "Notre objectif est de doubler, voire de tripler, le chiffre d'affaires de Photonis dans les cinq à dix ans qui viennent, en le développant notamment dans l'infrarouge", indique Jean-Bernard Lafonta.

Le groupe n'en est pas à son coup d'essai. Dès 2018, HLD avait pris pied dans la défense en rachetant 60 % de , dont il conçoit notamment les systèmes d'emport de missiles et de carburant. Depuis, l'ETI a vu sa croissance exploser. De 46 millions d'euros de chiffre d'affaires il y a trois ans, le groupe est passé à 150 millions, grâce à quatre acquisitions financées par HLD (AEDS, Secapem, Lace, Alkan). "Ce sont des actionnaires bienveillants, avec un ADN d'entrepreneurs, résume Nicolas Orance, directeur général de Rafaut. Avec eux, on sait que ça va bouger." HLD s'est également offert, début 2021, dont les clients militaires (Dassault, Thales, Lockheed Martin… ) représentent la moitié de l'activité.

Pas de limite de temps

Pourquoi cet appétit pour le kaki ? "Plus que la défense, c'est la haute technologie qui nous intéresse, explique Jean-Hubert Vial, associé de HLD. Les technologies défense permettent souvent des transferts vers le civil, et inversement." Une des priorités de l'investisseur est ainsi de diversifier Rafaut et Photonis dans les applications civiles, qui offrent d'énormes relais de croissance. "HLD a compris que le secteur défense, t[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles