Marchés français ouverture 42 min
  • Dow Jones

    31 402,01
    -559,85 (-1,75 %)
     
  • Nasdaq

    13 119,43
    0,00 (0,00 %)
     
  • Nikkei 225

    28 966,01
    -1 202,26 (-3,99 %)
     
  • EUR/USD

    1,2145
    -0,0041 (-0,34 %)
     
  • HANG SENG

    29 108,38
    -965,79 (-3,21 %)
     
  • BTC-EUR

    37 919,96
    -3 977,66 (-9,49 %)
     
  • CMC Crypto 200

    917,65
    -15,49 (-1,66 %)
     
  • S&P 500

    3 829,34
    -96,09 (-2,45 %)
     

Philippe Zaouati (Mirova): "Dans la finance, la bataille culturelle est gagnée"

·2 min de lecture

INTERVIEW – Si plus personne ne remet en cause le rôle majeur de la finance pour répondre aux enjeux climatiques, la question qui se pose est bien celle des modalités d’une action concertée et collective pour que l’impact soit à la hauteur. Pour sauver notre capital naturel, préserver la biodiversité, et pour lutter contre les inégalités. Entretien avec Philippe Zaouati, CEO de Mirova.

Thinkers & Doers - En reprenant le titre de votre dernier roman [1] qui raconte l’aventure d’un banquier reconverti dans la finance durable, pourquoi devrait-on "vous applaudir" aujourd’hui ?

Philippe Zaouati - Peut-être parce que les 150 personnes de l’équipe de Mirova sont mobilisées et très déterminées à montrer que l’investissement, s’il est durable, peut changer le monde! Les solutions que nous avons développées ont pour but d’accélérer la transformation de notre économie vers un modèle durable. Je suis fier avant tout de notre action collective et d’avoir réussi à rassembler cette équipe qui se déploie maintenant partout dans le monde de Paris à Londres, de Boston à Lima, de San Paulo à bientôt Singapour… Les applaudissements, ça doit servir à récompenser le collectif.

En tant qu’acteur de référence de l’ESG (critères environnementaux, sociaux et de gouvernance), comment allez-vous continuer à faire progresser la finance, et surtout garder votre place de pionnier?

Tout d’abord, je dirais qu’il faut prendre le temps de se réjouir de ce mouvement de "nouveaux convertis". Au sein de la finance, la bataille culturelle est gagnée. Quelle est l’étape d’après? La première est de garder le niveau d’ambition et de mobiliser les pionniers du secteur pour que nous soyons les gardiens du temple. C’est le sens de l’initiative Finance for Tomorrow par exemple.

Le deuxième point essentiel est de savoir comment aller de l’avant. Ce n’est pas parce que plus d’acteurs intègrent les critères ESG à leur démarche que notre objectif est atteint. Sur le sujet du climat, plus personne ne doute qu’investir en prenant en compte cet enjeu majeur est un moyen d’investir intelligemment et d’améliorer la performance de ses portefeuilles, mais la nature, la biodiversité ne font pas encore l’unanimité alors que le degré d’urgence est le même. Et il y a autre chose: ce sont les inégalités. Celles qui génèrent des fractures sociales, politiques, démocratiques. Ce sujet deviendra, selon moi,[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi