La bourse ferme dans 1 h 49 min
  • CAC 40

    6 616,75
    -14,40 (-0,22 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 112,91
    -9,52 (-0,23 %)
     
  • Dow Jones

    34 355,19
    +158,37 (+0,46 %)
     
  • EUR/USD

    1,1969
    +0,0034 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    1 789,60
    +12,90 (+0,73 %)
     
  • BTC-EUR

    27 456,37
    -1 143,35 (-4,00 %)
     
  • CMC Crypto 200

    787,75
    -54,90 (-6,51 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,59
    +0,29 (+0,40 %)
     
  • DAX

    15 567,26
    -21,97 (-0,14 %)
     
  • FTSE 100

    7 132,65
    +22,68 (+0,32 %)
     
  • Nasdaq

    14 399,59
    +29,88 (+0,21 %)
     
  • S&P 500

    4 275,60
    +9,11 (+0,21 %)
     
  • Nikkei 225

    29 066,18
    +190,95 (+0,66 %)
     
  • HANG SENG

    29 288,22
    +405,76 (+1,40 %)
     
  • GBP/USD

    1,3913
    -0,0008 (-0,06 %)
     

Philippe Chalmin: "La crise de 2020 met fin aux Trente glorieuses de la mondialisation"

·2 min de lecture

INTERVIEW TRANSITION ENERGETIQUE ET MATIERES PREMIERES (3/3) - Philippe Chalmin, professeur d’histoire économique à l’université de Dauphine, qui coordonne le rapport Cyclope publié le 26 mai, explique comment il voit s’esquisser la transition énergétique et plus encore une nouvelle ère économique.

Depuis 35 ans, Philippe Chalmin, professeur d’histoire économique à l’université de Dauphine et spécialiste des matières premières, coordonne - 60 auteurs-, une somme annuelle qui passe au crible l’ensemble des marchés internationaux des matières premières, du cours du palladium en passant par celui du pétrole ou de la volaille. Les coulisses matérielles de nos vies dans lesquelles il voit s’esquisser la transition énergétique et plus encore une nouvelle ère économique.

Challenges - Dans l’édition 2021 du rapport Cyclope, vous écrivez que la crise mondiale de 2020 annonce un changement profond de nos économies et des marchés internationaux.

Philippe Chalmin - Ma thèse, c’est que cette crise est totalement différente de celles qui l’ont précédée, qu’il s’agisse de la crise asiatique de 1997, de la bulle Internet des années 2000 ou de la crise financière de 2008.C’est un tournant majeur comme il y en a eu deux au cours du XXe siècle, la Grande dépression et la crise des années 70 qui a mis fin aux Trente glorieuses. La crise de 2020, elle, met fin à d’autres Trente glorieuses, inaugurées en 1990, celles de la mondialisation, et même de notre croyance dans la mondialisation heureuse. Souvenons-nous de cette époque, des travaux de Fukuyama sur la fin de l’Histoire. Nous étions dans un conte de fées.

La pandémie nous a montré l’envers du décor de la mondialisation.

Disons que le virus est apparu aux yeux de beaucoup comme la conséquence d’une mondialisation débridée dans laquelle on fait tout et n’importe quoi avec des chaînes de production étirées à l’infini. Dans ce mouvement de rejet, il y a à la fois le virus, le dérèglement climatique, les enjeux environnementaux et la biodiversité. Le tout a provoqué la prise de conscience de l’impérieuse nécessité d’une transition écologique en particulier dans le domaine énergétique. Dans cette mutation, le Covid n’est au fond que l’étincelle, comme l’a été le premier choc pétrolier de 73-74. Dans les deux cas, il y avait de no[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles