La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 703,22
    -80,67 (-1,39 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 636,44
    -48,84 (-1,33 %)
     
  • Dow Jones

    30 932,37
    -469,64 (-1,50 %)
     
  • EUR/USD

    1,2088
    -0,0099 (-0,81 %)
     
  • Gold future

    1 733,00
    -42,40 (-2,39 %)
     
  • BTC-EUR

    39 026,95
    +585,21 (+1,52 %)
     
  • CMC Crypto 200

    912,88
    -20,25 (-2,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    61,66
    -1,87 (-2,94 %)
     
  • DAX

    13 786,29
    -93,04 (-0,67 %)
     
  • FTSE 100

    6 483,43
    -168,53 (-2,53 %)
     
  • Nasdaq

    13 192,35
    +72,92 (+0,56 %)
     
  • S&P 500

    3 811,15
    -18,19 (-0,48 %)
     
  • Nikkei 225

    28 966,01
    -1 202,26 (-3,99 %)
     
  • HANG SENG

    28 980,21
    -1 093,96 (-3,64 %)
     
  • GBP/USD

    1,3921
    -0,0091 (-0,65 %)
     

«Nous sommes dans une phase de reprise de cycle favorable aux actions»

·2 min de lecture

Catherine Garrigues est directrice de la gestion Actions Europe, Stratégie Conviction chez Allianz Global Investors. Elle dirige le fonds Allianz Actions Euro Convictions, investi dans les entreprises de la zone euro, dont l’encours approche 600 millions d’euros. Le fonds figure parmi les tous premiers de sa catégorie sur dix ans (+91% au 5 février, 22e sur 240 selon Quantalys). Il est aussi bien classé sur un an (+4,2%, 72e sur 373), trois ans (+21,9%, 37e sur 343) et cinq ans (+52,1%, 43e sur 313). À fin décembre 2020, les principales positions du fonds étaient ASML, BNP Paribas, LVMH, Schneider Electric, Enel, Allianz, Peugeot, Neste Oyj, Sanofi, Vinci. Lors de notre précédent entretien en octobre 2019, vous évoquiez un placement en actions à privilégier «par défaut». Est-ce toujours le cas aujourd'hui ? Catherine Garrigues: Oui et non. Oui, car il est clair qu’il n’y a toujours pas de rendement dans la sphère obligataire, et donc peu d’alternatives à la prise de risque. Non, car le contexte a changé : nous sommes dans une phase de reprise de cycle, avec des résultats en hausse, favorable à l’investissement en actions. Les résultats du quatrième trimestre sont en effet plutôt bons, supérieurs au consensus des analystes. Le premier semestre 2021 devrait être similaire. Car cette fois-ci, les différentes formes de confinement que l’on peut observer dans le monde ne sacrifient pas, en général, l’économie. Certains pans d’activités sont bien sur sévèrement impactés, tel que la restauration ou la culture, mais il s’agit rarement de sociétés cotées, hormis dans l’aérien. La composition des indices ne permet donc pas de refléter l’impact des confinements. De plus, on observe que les plans drastiques des sociétés en 2020, notamment en termes de coupes des coûts et d’arrêt des embauches, ont des effets positifs sur les marges et font effet de levier. On peut d’ailleurs remarquer Cliquez ici pour lire la suite