Publicité
Marchés français ouverture 1 h 40 min
  • Dow Jones

    41 198,08
    +243,60 (+0,59 %)
     
  • Nasdaq

    17 996,92
    -512,42 (-2,77 %)
     
  • Nikkei 225

    40 206,85
    -890,84 (-2,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,0937
    -0,0004 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    17 775,12
    +35,71 (+0,20 %)
     
  • Bitcoin EUR

    58 954,56
    -1 318,55 (-2,19 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 338,68
    -3,64 (-0,27 %)
     
  • S&P 500

    5 588,27
    -78,93 (-1,39 %)
     

À quelle fréquence doit-on manger de la viande rouge pour rester en bonne santé ?

Ainatc/istock

Intéressante sur le plan nutritionnel, la viande rouge est riche protéines, en fer ainsi qu’en vitamine B12. Mais elle est à consommer avec modération. En effet, “une surconsommation peut engendrer des cancers, notamment colorectaux, et des maladies cardiovasculaires." rappelle Raphaël Gruman, nutritionniste et co-auteur de l’ouvrage Le meilleur régime du monde. Mais alors, à quelle fréquence doit-on consommer de la viande rouge ? Et quelles pièces sont les plus adaptées ?

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), au-delà de 300 à 500 grammes par semaine, la consommation de viande rouge - le bœuf, le veau, le porc, l'agneau, le mouton, ou encore le cheval - augmente les risques de cancer colorectal et de l'intestin. "Il y a deux raisons à cela, explique le nutritionniste. D’abord la teneur en matières grasses de la viande rouge est beaucoup plus élevée que celle de la viande blanche (15 % en moyenne contre 5 %). Ensuite, elle contient des graisses dites saturées qui sont nocives pour l’organisme." Ces graisses vont en effet contribuer à l’augmentation du mauvais cholestérol dans le sang (cholestérol LDL-CT) et à la création de plaques d’athérome, facteurs de risque de maladies cardiovasculaires et d’accidents vasculaires cérébraux.

Il est conseillé de ne pas dépasser 500 grammes de viande rouge par semaine, soit l’équivalent de 3 à 4 steaks de 100 à 150 grammes. Attention : ces 500 grammes comprennent aussi le porc, le veau, le mouton ou encore l’agneau. Par ailleurs, l’OMS (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite