La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 703,22
    -80,67 (-1,39 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 636,44
    -48,84 (-1,33 %)
     
  • Dow Jones

    31 147,19
    -254,82 (-0,81 %)
     
  • EUR/USD

    1,2101
    -0,0086 (-0,70 %)
     
  • Gold future

    1 719,80
    -55,60 (-3,13 %)
     
  • BTC-EUR

    39 626,02
    -2 639,20 (-6,24 %)
     
  • CMC Crypto 200

    961,25
    +28,11 (+3,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    62,30
    -1,23 (-1,94 %)
     
  • DAX

    13 786,29
    -93,04 (-0,67 %)
     
  • FTSE 100

    6 483,43
    -168,53 (-2,53 %)
     
  • Nasdaq

    13 277,25
    +157,82 (+1,20 %)
     
  • S&P 500

    3 837,22
    +7,88 (+0,21 %)
     
  • Nikkei 225

    28 966,01
    -1 202,26 (-3,99 %)
     
  • HANG SENG

    28 980,21
    -1 093,96 (-3,64 %)
     
  • GBP/USD

    1,3952
    -0,0061 (-0,43 %)
     

"Tout peut arriver" : menaces sur les JO à Tokyo

·3 min de lecture

Un influent ministre japonais a affirmé vendredi qu'aucun scénario n'était à exclure pour les Jeux olympiques en raison de la pandémie de Covid-19. Le Comité organisateur a annoncé lundi que la cérémonie d'ouverture serait drastiquement réduite. À six mois des JO, la tenue de la reine des compétitions reste incertaine.

Le Covid-19 n'en finit plus de perturber le monde du sport. À près de six mois de la tenue des JO de Tokyo, déjà décalés d'un an en raison de la pandémie, l'incertitude pèse toujours sur son déroulement. Le gouvernement japonais a réaffirmé lundi 18 janvier qu'ils auraient lieu, alors même qu'un ministre a pour la première fois publiquement évoqué un report ou une annulation quelques jours plus tôt.

La forte recrudescence des infections au Japon et l'émergence d'un variant local ravive les doutes sur la possibilité d'organiser cette année les JO à Tokyo, où l'état d'urgence a été déclaré.

>> À lire aussi sur France24.com : Covid-19 : le variant du virus découvert au Japon, un défi pour les vaccins ?

Le comité organisateur prépare déjà quant à lui des adaptations, comme une réduction des effectifs présents lors des cérémonies d'ouverture et de clôture.

Une cérémonie d'ouverture remaniée

"Afin de garantir la sûreté et la sécurité des athlètes et de simplifier les opérations durant les Jeux de Tokyo-2020, nous pensons qu'il est nécessaire de reconsidérer le nombre de participants aux cérémonies d'ouverture et de clôture", ont écrit les organisateurs lundi dans une déclaration transmise à l'AFP.

Le Comité international olympique (CIO) s'attend à ce que ce nombre soit quasiment divisé par deux pour la cérémonie d'ouverture prévue le 23 juillet, selon le quotidien Yomiuri Shimbun. Environ 6 000 athlètes devraient participer à cette cérémonie alors que plus de 11 000 sportifs du monde entier doivent concourir à Tokyo.

Les organisateurs n'ont cependant pas donné de chiffres dans l'immédiat, expliquant que les détails étaient toujours en discussion avec le CIO.

Selon le Yomiuri Shimbun, des restrictions sanitaires limitant le temps de séjour au village olympique expliqueraient cette baisse drastique. Car ces restrictions font que les athlètes ne pourront pas accéder au village olympique plus de cinq jours avant le démarrage prévu de leurs compétitions respectives. Ils devront en outre quitter les lieux deux jours après la fin de leurs épreuves.

En dépit d'une population japonaise très majoritairement réticente actuellement, les organisateurs et le gouvernement nippon assurent que les Jeux pourront se dérouler en toute sécurité cet été, même si la pandémie de Covid-19 n'est pas maîtrisée d'ici là.

"Tout peut arriver"

Taro Kono, ministre de la Réforme administrative et personnage clé du gouvernement, a cependant brisé cette unité de parole vendredi 15 janvier. Il n'a pas exclu que les Jeux soient annulés, Tokyo et dix autres départements du Japon étant actuellement en état d'urgence, au moins jusqu'au 7 février.

"Vu la situation du coronavirus, tout peut arriver", a déclaré Taro Kono lors d'un point de presse. "Le comité d'organisation et le CIO doivent bien sûr réfléchir à des plans de secours."

"Le gouvernement n'a pas changé sa position sur les Jeux olympiques et paralympiques", a cependant corrigé lundi le porte-parole du gouvernement Katsunobu Kato.

Le président du comité d'organisation des Jeux, Yoshiro Mori a estimé la semaine passée qu'il était "absolument impossible" de reporter les JO après les lourds investissements, financiers et humains, entrepris jusqu'ici.

Yoshiro Mori a dit que le Japon devrait déterminer, en fonction de l'évolution de la pandémie, s'il acceptait des spectateurs étrangers. "Nous devrons prendre une décision très difficile entre février ou mars".

Avec AFP