Marchés français ouverture 2 h 15 min
  • Dow Jones

    34 077,63
    -123,04 (-0,36 %)
     
  • Nasdaq

    13 914,77
    -137,58 (-0,98 %)
     
  • Nikkei 225

    29 050,23
    -635,14 (-2,14 %)
     
  • EUR/USD

    1,2064
    +0,0023 (+0,19 %)
     
  • HANG SENG

    29 105,73
    -0,42 (-0,00 %)
     
  • BTC-EUR

    45 587,03
    -2 118,13 (-4,44 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 239,11
    -59,85 (-4,61 %)
     
  • S&P 500

    4 163,26
    -22,21 (-0,53 %)
     

Cette peur de l'inflation qui taraude les Allemands depuis près de cent ans

·2 min de lecture

Depuis près de cent ans, l'inflation reste un traumatisme dans l'inconscient collectif outre-Rhin.

Les chiffres sont tombés mardi 6 avril, publiés par l’OCDE. En février, , la hausse la plus importante en Europe. De quoi alimenter une fois encore la peur panique de nos voisins, quand une hausse des prix est anticipée. Le traumatisme est toujours vivant. L’Histoire se rappelle au pays le plus peuplé d’Europe.

"L’ombre prégnante de l’hyperinflation". Mi 2020, SpringerLink, la plateforme internationale d’échanges universitaires, publiait une étude de Michael Hüther, le patron du grand institut économique de Cologne (IW), qui pointait "la préférence des Allemands pour la stabilité". Il précisait : "Plus encore que tout autre pays occidental, l’ a connu une hyperinflation galopante à deux reprises au cours du 20e siècle, qui avait rendu la vie privée presque ingérable. Le manque fondamental de fiabilité demeure aujourd’hui encore une menace dans la mémoire collective des Allemands."

Baromètre des 10 grandes peurs

Quelques semaines plus tard, , paraissait le baromètre sur les 10 grandes peurs de nos voisins, réalisé comme chaque année par l’assureur R+V. L’angoisse face à la maladie n’arrivait qu’au 9e rang, alors que dominaient les inquiétudes pour le porte-monnaie : peur face à l’augmentation du coût de la vie (2e rang), à l’endettement européen (3e), à la dégradation de l’économie (4e). En première place arrivait la frayeur face… aux errements de Donald Trump sur la scène internationale. "L’imprévisibilité est pour les Allemands une grande source de stress", décrypte Andreas Ströhle, psychiatre spécialiste des phobies à la clinique universitaire la Charité à Berlin.

Ainsi chaque fois que plane la crainte d’une valse des étiquettes, les voisins grimpent au rideau. Le dernier qui a mis le feu aux poudres, c’est le très respecté Jens Weidmann, numéro un de la banque centrale, la Bundesbank. Dans un entretien au quotidien régional Augsburger Allgemeine, le grand argentier observait : "Le taux d’inflation ne restera pas aussi bas que l’an passé". Et il prophétisait qu’"i[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi