La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 611,69
    -69,45 (-1,22 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 599,55
    -41,82 (-1,15 %)
     
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,24 (-0,57 %)
     
  • EUR/USD

    1,2085
    -0,0071 (-0,58 %)
     
  • Gold future

    1 827,70
    -23,70 (-1,28 %)
     
  • BTC-EUR

    29 516,84
    +541,57 (+1,87 %)
     
  • CMC Crypto 200

    701,93
    -33,21 (-4,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    52,04
    -1,53 (-2,86 %)
     
  • DAX

    13 787,73
    -137,37 (-0,99 %)
     
  • FTSE 100

    6 735,71
    -66,25 (-0,97 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,10 (-0,87 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    28 519,18
    -179,12 (-0,62 %)
     
  • HANG SENG

    28 573,86
    +76,96 (+0,27 %)
     
  • GBP/USD

    1,3591
    -0,0100 (-0,73 %)
     

"Le peuple veut la chute du régime" : des milliers de personnes manifestent contre le gouvernement après les explosions à Beyrouth

franceinfo
·1 min de lecture

Après l'exaspération, la colère. Sous le hasthag #Pendez-les, des milliers de Libanais ont déferlé samedi 8 août dans les rues de Beyrouth pour exprimer leur colère face à la classe politique jugée responsable des explosions qui ont fait plus de 150 morts et 6 000 blessés.

En début d'après-midi, les manifestants ont convergé sur la place des Martyrs, épicentre traditionnel des manifestations, avec pour mot d'ordre "Le Jour du jugement". Des guillotines en bois ont été installées et certains manifestants ont brandi des cordes, un nœud coulant à leur extrémité. "Le peuple veut la chute du régime", ont-ils scandé, brandissant des pancartes réclamant le départ des "assassins".

Tirs de gaz lacrymogène

Certains manifestants ont scandé "Vengeance, vengeance, jusqu'à la chute du régime", certains portant des masques, d'autres des drapeaux ou des portraits des victimes de l'explosion. Dans l'après-midi, les forces de sécurité ont tenté d'empêcher certains groupes d'avancer vers le Parlement.

Dans des rues adjacentes au rassemblement, elles ont tiré des gaz lacrymogènes et des heurts les ont opposés à certains manifestants qui leur ont lancé des pierres."Après trois jours passés à déblayer les décombres et panser (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi