Marchés français ouverture 6 h 39 min
  • Dow Jones

    32 223,42
    +26,76 (+0,08 %)
     
  • Nasdaq

    11 662,79
    -142,21 (-1,20 %)
     
  • Nikkei 225

    26 548,09
    +1,04 (+0,00 %)
     
  • EUR/USD

    1,0449
    +0,0011 (+0,10 %)
     
  • HANG SENG

    19 950,21
    +51,44 (+0,26 %)
     
  • BTC-EUR

    28 708,43
    -1 237,84 (-4,13 %)
     
  • CMC Crypto 200

    670,71
    +428,03 (+176,38 %)
     
  • S&P 500

    4 008,01
    -15,88 (-0,39 %)
     

Le peuple souverain a-t-il tous les droits?

La souveraineté du peuple suffit-elle à garantir une démocratie effective? L'édito d'André Comte-Sponville.

a dit au moins quelque chose de vrai, lors de son débat avec Emmanuel Macron: que "le seul souverain, c'est le peuple, ce n'est pas le conseil constitutionnel". C'est le principe même de la démocratie: "le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple" , selon la fameuse formule d'Abraham Lincoln, reprise dans l'article 2 de notre Constitution. Mais eut raison de rappeler que cette souveraineté reste soumise à la Constitution qu'elle s'est donnée, et qu'on ne pouvait modifier cette dernière qu'en respectant les procédures qu'elle prévoit. Peut-on le faire par référendum? C'est ce que fit De Gaulle en 1962; c'est ce que voulait faire Madame Le Pen. Etait-ce légitime il y a soixante ans? Les juristes en discutent encore. Aurait-ce été constitutionnel en 2022? Les mêmes s'accordent à penser que non.

Il se pourrait que l'essentiel soit ailleurs. La souveraineté du peuple n'a jamais suffi à garantir les libertés individuelles et collectives, ni donc une démocratie effective. C'est ce que confirment les démocraties dites "illibérales" qu'on trouve par exemple en Hongrie, en Turquie ou en Russie. Le peuple y est souverain, au moins apparemment, puisque les dirigeants y sont élus au suffrage universel.

Un peuple souverain?

Mais faute de liberté d'expression, notamment dans les médias, cette prétendue souveraineté n'est en vérité que le masque d'un pouvoir quasi dictatorial (ce qu'on appelle aujourd'hui une "démocrature"). C'est le principal danger que représentent en général et Marine Le Pen en particulier. Pas étonnant qu'elle ait des tendresses pour !

"Ce n'est jamais grave de faire confiance au peuple" , lança-t-elle dans le même débat, cette fois assurément à tort. Que le peuple, même souverain, puisse être dangereux, l'histoire l'enseigne assez. Souvenons-nous de Montesquieu: "Pour qu'on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir." C'est vrai aussi du pouvoir du peuple, et la "disposition des choses" [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles