Peugeot : Flux de mauvaises nouvelles, restez à l’écart

Les immatriculations de voitures neuves dans l'Union européenne ont chuté de 8,2% en 2012, selon l'Association des constructeurs européens d'automobiles (Acea). Encore plus inquiétant, les ventes de véhicules ont dégringolé de 16,3% en décembre pour leur quinzième mois de repli d'affilée. Toujours selon l’Acea, les immatriculations du groupe PSA ont reculé de 12,9% en 2012 et de 18,2% en décembre, ce qui s'est traduit par de nouvelles pertes de parts de marché pour les marques Peugeot et Citroën.

Par ailleurs, l’équipementier Faurecia, filiale à 57% du constructeur automobile, a publié en avance une estimation de ses résultats annuels pour révéler un bénéfice net en chute de 62,3%, à 140 millions d'euros, et un bond de la dette à 1,8 milliard d'euros. Cette envolée de l’endettement (+47%) serait due à une augmentation des stocks (de matières premières notamment) et à une baisse des créances clients, dans un contexte de faible demande en Europe.

Enfin, l'Etat militerait, selon La Tribune, en faveur d'une fusion avec Opel, mais ce rapprochement ne ferait que renforcer les surcapacités de PSA en Europe et exposerait le groupe à de nouvelles pertes structurelles. Dans ce contexte morose, nous recommandons d’éviter l’action Peugeot.

Retrouvez cet article sur capital.fr