Marchés français ouverture 7 h 40 min
  • Dow Jones

    34 258,32
    +338,48 (+1,00 %)
     
  • Nasdaq

    14 896,85
    +150,45 (+1,02 %)
     
  • Nikkei 225

    29 639,40
    -200,31 (-0,67 %)
     
  • EUR/USD

    1,1696
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • HANG SENG

    24 221,54
    +122,40 (+0,51 %)
     
  • BTC-EUR

    37 258,54
    +2 320,45 (+6,64 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 089,55
    +49,07 (+4,72 %)
     
  • S&P 500

    4 395,64
    +41,45 (+0,95 %)
     

Peugeot 108, Citroën C1, c'est fini, Toyota lance seul une nouvelle Aygo

·2 min de lecture

Toyota va lancer en fin d'année la production de sa nouvelle mini-Aygo en République tchèque. Seul. La coopération avec PSA remontant à vingt ans prend fin.

Elles sont encore au catalogue. Profitez-en, ce sont les dernières! A partir de 12.150 euros pour la Citroën C1, 12.600 euros pour la Peugeot 108. conjointement avec la Toyota Aygo s’est arrêtée. Le Japonais va lancer en effet la fabrication de sa nouvelle mini-citadine à la fin de l’année, qui n’aura plus de pendant chez Citroën et Peugeot. Fin 2018, PSA et le Japonais avaient annoncé leur divorce. L’ancienne usine à 50-50 de Kolin en République tchèque est aujourd'hui devenue à 100% nippone. La nouvelle Aygo 3, qui partagera ses dessous avec la dernière Yaris, se présentera sous forme d’un micro-SUV. Pour remplir son site tchèque, Toyota va d’ailleurs aussi y fabriquer la Yaris 4 en septembre-octobre, en complément de la production de son site tricolore de Valenciennes. Une page se tourne.

Des débuts remontant à vngt ans

C’est fin 2001, alors que en France, que la firme japonaise et PSA signaient un accord pour produire ensemble des micro-véhicules d’entrée de gamme. Créée l’année suivante, la co-entreprise TPCA basée à une soixantaine de kilomètres de Prague a démarré ses fabrications de Peugeot 107, Citroën C1 ainsi que Toyota Aygo en 2005. Il s’agissait de toutes petites voitures simplistes destinées surtout aux villes et vendues à partir de 8.500 euros. Une sorte de réponse à l’offensive de Renault avec la Dacia Logan de 2004 initialement destinée aux pays émergents. Mais, PSA ne voulait pas d’une familiale à 7.000 euros que personne, sauf Renault, ne savait faire. Les nouvelles voitures franco-japonaises étaient uniquement destinées à l’Europe, complétant par le bas les gammes de Citroën ainsi que de Peugeot. Il s’agissait de remplacer les Saxo et 106 peu rentables… et produites jusque-là en France. En ciblant les Renault Twingo ou Fiat Panda.

Ce dernier avait les organes et l’expérience de ce genre de modèles grâce à sa filiale Daihatsu, spécialiste au Japon des micro-véhicules. Les moteurs à essence étaient d’origine japonaise, les diesels français. La ca[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles