La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 169,41
    +3,69 (+0,06 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 978,84
    +1,01 (+0,03 %)
     
  • Dow Jones

    33 800,60
    +297,03 (+0,89 %)
     
  • EUR/USD

    1,1905
    -0,0016 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    1 744,10
    -14,10 (-0,80 %)
     
  • BTC-EUR

    50 796,45
    +1 305,01 (+2,64 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 235,89
    +8,34 (+0,68 %)
     
  • Pétrole WTI

    59,34
    -0,26 (-0,44 %)
     
  • DAX

    15 234,16
    +31,48 (+0,21 %)
     
  • FTSE 100

    6 915,75
    -26,47 (-0,38 %)
     
  • Nasdaq

    13 900,19
    +70,88 (+0,51 %)
     
  • S&P 500

    4 128,80
    +31,63 (+0,77 %)
     
  • Nikkei 225

    29 768,06
    +59,08 (+0,20 %)
     
  • HANG SENG

    28 698,80
    -309,27 (-1,07 %)
     
  • GBP/USD

    1,3706
    -0,0029 (-0,21 %)
     

"Il y a trop peu de modèles féminins" : dans les start-up, les femmes cherchent du soutien

·1 min de lecture

Le 8 mars marque traditionnellement la journée internationale des droits de la femme. Et parmi ces droits, il y a celui à une représentation et un traitement paritaire en entreprise. Cette problématique progresse année après année en France, même si cela reste assez lent dans les grands groupes. La tech est régulièrement pointée du doigt pour son retard. Seulement 4% des start-up fondées en 2020 l'ont été par des femmes, et 17% par des équipes mixtes, selon le baromètre annuel de Sista et du Boston Consulting Group. "C'est dommage qu'il y ait très peu de femmes dans la tech", déplore Lara Khanafer, fondatrice de la start-up Kara.AI. Au micro d'Europe 1, elle appelle les jeunes filles à la rejoindre.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

Une situation qui s'améliore lentement

Aujourd'hui âgée de 35 ans, Lara Khanafer a derrière elle un long parcours dans l'écosystème de la tech française : import-export de matériel informatique, chasseuse de tête, passage par des sociétés éditrices de logiciels professionnels... "J'ai toujours travaillé avec beaucoup plus d'hommes, je faisais toujours partie des 10% de femmes dans les endroits où je suis passée. En tant que tel, ça n'a pas été un problème pour moi. Le seul moment où je l'ai ressenti c'est quand j'ai eu un enfant. Là, on sent qu'on est une femme", retrace l'entrepreneure. 

De fait, si le bilan 2020 de Sista est meilleur qu'en 2019 dan la tech, il est encore loin d'être satisfaisant. "Ce qui évolue c'est qu...


Lire la suite sur Europe1