La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,14
    +96,81 (+1,54 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 017,44
    +64,99 (+1,64 %)
     
  • Dow Jones

    34 382,13
    +360,68 (+1,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,2146
    +0,0062 (+0,51 %)
     
  • Gold future

    1 844,00
    +20,00 (+1,10 %)
     
  • BTC-EUR

    40 649,18
    +151,43 (+0,37 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,33
    +39,77 (+2,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,51
    +1,69 (+2,65 %)
     
  • DAX

    15 416,64
    +216,96 (+1,43 %)
     
  • FTSE 100

    7 043,61
    +80,28 (+1,15 %)
     
  • Nasdaq

    13 429,98
    +304,99 (+2,32 %)
     
  • S&P 500

    4 173,85
    +61,35 (+1,49 %)
     
  • Nikkei 225

    28 084,47
    +636,46 (+2,32 %)
     
  • HANG SENG

    28 027,57
    +308,90 (+1,11 %)
     
  • GBP/USD

    1,4102
    +0,0050 (+0,36 %)
     

La perspective de nouveaux bugs informatiques inquiète à quelques jours de la rentrée scolaire

·1 min de lecture

L'enseignement à distance va-t-il fonctionner, cette fois-ci ? C'est la question qui inquiète les professeurs, les syndicats, les élèves et les parents à l'approche de la rentrée scolaire. Tous restent échaudés par les bugs informatiques à répétition rencontrés il y a dix jours. Le sujet doit être abordé ce mercredi lors d'un conseil de défense sanitaire, mais il était également au menu des discussions entre syndicats d'enseignants mardi. Alors que les élèves des collèges et lycées doivent reprendre les cours en distanciel lundi, le scepticisme demeure. 

>> Retrouvez tous les journaux de la rédaction d'Europe 1 en replay et en podcast ici

D'après les syndicats, le ministère de l'Éducation tient bien un discours très volontariste, mais encore très nébuleux. Côté cybersécurité, on leur a assuré que tout avait été fait pour sécuriser le Cned, victime d'attaques, mais sans plus de détails. Le dispositif "Ma classe à la maison", qui dépend du Cned, va être favorisé avec l'idée d'inciter tous ceux qui n'ont pas encore de compte à en créer.

"Ma classe à la maison" redimensionnée

Problème : même sur cette plateforme, il y a eu saturation, expliquent les syndicats. Et notamment à cause de la salle d'attente virtuelle, qui est devenue un véritable goulot d'étranglement. Côté ministère, on explique aux syndicats avoir pris en compte ce problème et surdimensionné la salle d'attente. "Ma classe à la maison" pourrait désormais accueillir 12 millions de connexions en simultané.

Du côté...


Lire la suite sur Europe1