Publicité
Marchés français ouverture 6 h 42 min
  • Dow Jones

    39 150,33
    +15,53 (+0,04 %)
     
  • Nasdaq

    17 689,36
    -32,24 (-0,18 %)
     
  • Nikkei 225

    38 596,47
    0,00 (0,00 %)
     
  • EUR/USD

    1,0691
    -0,0007 (-0,06 %)
     
  • HANG SENG

    18 028,52
    -306,78 (-1,67 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 035,43
    -1 149,00 (-1,91 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 302,70
    -57,63 (-4,24 %)
     
  • S&P 500

    5 464,62
    -8,55 (-0,16 %)
     

Personnes nées de la PMA : plus de 400 demandes d’accès à l’identité des donneurs en un an

© Lazy_Bear / iStock

La commission créée pour permettre aux personnes nées d’une procédure de procréation médicalement assistée (PMA) a reçu plus de 400 demandes en un an. Pour le moment, moins d’une vingtaine de donneurs ont accepté de se faire connaître.

La Capadd, la commission d’accès des personnes nées d’une assistance médicale à la procréation aux données des tiers donneurs, ne chôme pas. Créée en septembre 2022 dans la foulée de l’entrée en vigueur de la loi bioéthique, la Capadd dresse aujourd’hui le bilan de sa première année d’exercice révèle franceinfo.

En un an, la commission a reçu 434 demandes d’accès à l’identité du donneur de spermatozoïdes, d’ovocytes ou d’embryons. Suite à ces demandes une centaine de donneurs a été identifiée par la Capadd, mais à ce jour, seulement 19 d’entre eux ont accepté que leur identité soit révélée aux enfants nés de leurs dons.

Le rapport consulté par franceinfo révèle qu’en 2023 l’âge moyen des demandeurs était de 33 ans et que les demandes émanent très majoritairement de femmes : elles représentent 74 % des démarches.

PUBLICITÉ

LIRE AUSSI >> PMA pour toutes : pourquoi les délais d’attente sont-ils toujours aussi longs ?

Des lenteurs dans la recherche d'identité

Depuis l’adoption de la loi bioéthique, en août 2021, les personnes nées de la PMA peuvent demander à connaître l’identité de leur donneur à leur majorité. La Capadd a été créée pour répondre à ces demandes, mais le processus d’identification se révèle compliqué.

Si la Capadd reçoit les demandes, c’est aux Cecos, les centres d’études et de conservation des œufs et du sperme humain, d’effectuer les recherches, sur demande de la...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi