Marchés français ouverture 4 h 48 min
  • Dow Jones

    34 035,99
    +305,10 (+0,90 %)
     
  • Nasdaq

    14 038,76
    +180,92 (+1,31 %)
     
  • Nikkei 225

    29 688,69
    +46,00 (+0,16 %)
     
  • EUR/USD

    1,1955
    -0,0021 (-0,18 %)
     
  • HANG SENG

    28 872,48
    +79,34 (+0,28 %)
     
  • BTC-EUR

    52 804,14
    -98,56 (-0,19 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,25
    +17,30 (+1,25 %)
     
  • S&P 500

    4 170,42
    +45,76 (+1,11 %)
     

"Personne n'imaginait que l'administration Biden serait aussi mauvaise": Trump tacle son successeur

Ambre Lepoivre
·1 min de lecture
Donald Trump à Orlando, le 28 février 2021. - JOE RAEDLE
Donald Trump à Orlando, le 28 février 2021. - JOE RAEDLE

De retour dans l'arène politique, Donald Trump a harangué la foule d'ultra-conservateurs réunie à Orlando, en Floride, ce dimanche. Silencieux depuis le 20 janvier dernier, l'ancien président des Etats-Unis a affirmé, lors de la conférence annuelle de l’Union des conservateurs, que son chemin en politique, aux côtés des Républicains, était "loin d’être terminé".

"Notre mouvement ne fait que commencer et nous prévaudrons. Nous serons victorieux, l’Amérique sera plus forte, plus grande", a-t-il scandé.

Déterminé à reprendre le contrôle d'un parti républicain qui peine à masquer ses divisions, Donald Trump a démonté les rumeurs qui couraient sur la création d'un nouveau parti: "Nous serons unis, forts comme jamais auparavant, nous allons sauver l’Amérique."

"Un tissu de mensonges"

Son message d'union vite balayé, le 45e président des Etats-Unis s'est empressé de tacler son successeur, Joe Biden.

"Personne n'imaginait que l'administration Biden serait aussi mauvaise (...) Sa campagne était un tissu de mensonges", a persiflé Trump en terrain conquis.

Sous les drapeaux à son effigie, il s'est félicité d'avoir, durant son mandat, "mis un terme à la fraude, aux demandes d’asile, d'avoir fait baisser l’immigration illégale à un niveau record". Un travail selon lui balayé par l'arrivée des démocrates:

"En à peine quelques semaines, cette réussite a été inversée et c’est devenu une catastrophe humanitaire et de sécurité nationale", a déclaré Trump, encore marqué de la tache infamante d'une mise en accusation ("impeachment"), pour incitation à l'insurrection dans l'attaque du Capitole. Il a finalement été acquitté lors de son procès au Sénat, mi-févier. Mais fait historique, sept républicains ont voté en faveur de sa condamnation.

Article original publié sur BFMTV.com