La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 137,31
    +316,01 (+0,93 %)
     
  • Nasdaq

    13 950,22
    +163,95 (+1,19 %)
     
  • Nikkei 225

    28 508,55
    -591,83 (-2,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,2042
    +0,0001 (+0,01 %)
     
  • HANG SENG

    28 621,92
    -513,81 (-1,76 %)
     
  • BTC-EUR

    45 851,14
    -1 505,77 (-3,18 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 272,49
    +9,53 (+0,75 %)
     
  • S&P 500

    4 173,42
    +38,48 (+0,93 %)
     

"Personne n'a envie de tuer des moulins..." : le sort des moulins à eau embrase les débats à l'Assemblée nationale

Etienne Monin
·1 min de lecture

Les moulins à eau se sont retrouvés au cœur d’un débat passionné, mercredi 7 avril, à l’Assemblée nationale. Faute de sauver le climat pour l’instant, vu que les discussions avancent très lentement, les députés qui examinent la Loi Climat viennent de sauver les moulins à eau, en adoptant un amendement qui vise à limiter les destructions de ses moulins, accusés de tuer les poissons. Le débat a été passionné et contrairement au climat, les moulins à eau ont créé un quasi consensus dans les groupes parlementaires.

Un texte à effet "rouleau compresseur"

Le nœud du problème est que les moulins à eau doivent, sur certains cours d'eau, laisser passer les poissons et les sédiments : c'est ce qu'on appelle la continuité écologique, qui découle de la loi sur l'eau. Certains députés, y compris dans la majorité, dénoncent l'effet rouleau compresseur du texte avec, en sus, parfois des destructions de moulins.

"Il est grand temps de mettre un terme à cette politique de destruction qui a dévoyé la lettre et l'esprit de nos lois au profit d'une doctrine radicale et participant à la destruction d'un patrimoine ancien."

Stéphanie Kerbarh, députée LREM

à franceinfo

"Les données historiques prouvent que ce patrimoine n'est en rien responsable des désastres écologiques que connaissent nos cours d'eau", poursuit la députée avec ferveur.

Presque tous les groupes participent à cette opération sauvetage. Ils entendent rectifier la politique de l'Agence de l'eau qui, dans cette affaire de continuité (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi