Marchés français ouverture 45 min
  • Dow Jones

    35 368,47
    -543,34 (-1,51 %)
     
  • Nasdaq

    14 506,90
    -386,86 (-2,60 %)
     
  • Nikkei 225

    27 467,23
    -790,02 (-2,80 %)
     
  • EUR/USD

    1,1335
    +0,0005 (+0,05 %)
     
  • HANG SENG

    24 049,95
    -62,83 (-0,26 %)
     
  • BTC-EUR

    36 656,23
    -859,27 (-2,29 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 178,19
    +168,80 (+16,72 %)
     
  • S&P 500

    4 577,11
    -85,74 (-1,84 %)
     

Percée de Pécresse: pour Estrosi, "les sondages, ça va, ça vient"

·2 min de lecture
Le maire LR de Nice Christian Estrosi, le 28 avril 2020 à Nice. (PHOTO D'ILLUSTRATION) - VALERY HACHE © 2019 AFP
Le maire LR de Nice Christian Estrosi, le 28 avril 2020 à Nice. (PHOTO D'ILLUSTRATION) - VALERY HACHE © 2019 AFP

Le sondage Elabe Opinion 2022 pour BFMTV et L'Express publié ce mardi et donnant la candidate LR Valérie Pécresse gagnante face à Emmanuel Macron au second tour de l'élection présidentielle est "une photo instantanée d'un instant où les Français se préoccupent peu" de l'élection présidentielle, a estimé ce mercredi Christian Estrosi, maire (ex-LR) de Nice.

"Je pense simplement que comme le disait Valérie Pécresse elle-même, les sondages ça va, ça vient, c'est comme la queue du chien (...) C'est une photo instantanée d'un instant où les Français se préoccupent peu" de l'élection présidentielle, a jugé Christian Estrosi sur la chaîne de télévision CNews.

Penser à "l'intérêt général"

L'élu, qui a claqué la porte du parti Les Républicains en mai, avant d'annoncer en octobre qu'il soutiendrait le président Emmanuel Macron, était appelé à réagir à un sondage Elabe publié mardi attribuant à Valérie Pécresse, désignée candidate de LR, 20% des intentions de vote au premier tour de la présidentielle et la donnant gagnante face au président sortant au second tour.

Interrogé pour savoir s'il n'était pas temps pour le chef de l'État de se déclarer candidat, l'ancien président de Provence-Alpes-Côte d'Azur a déclaré: "On a besoin de gens qui pensent plus à l'intérêt général de leur pays qu'à leur propre égo". 876450610001_6285750110001

"Je le soutiendrais"

La présidence de l'Union européenne, que la France assumera au 1er janvier "est un enjeu majeur (...) Je sais qu'Emmanuel Macron a une vision très claire sur ces sujets, et l'intérêt général de notre pays, même s'il devait y perdre quelques points, c'est d'abord de se consacrer à cette responsabilité majeure".

"Je ne sais pas ce que sera le calendrier du président et même s'il sera vraiment candidat, mais j'ai toujours dit que je le soutiendrais s'il est candidat", a-t-il ajouté.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles