Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 167,50
    -20,99 (-0,26 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 064,14
    -8,31 (-0,16 %)
     
  • Dow Jones

    40 003,59
    +134,21 (+0,34 %)
     
  • EUR/USD

    1,0872
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    2 419,80
    +34,30 (+1,44 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 564,17
    +213,96 (+0,35 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 365,33
    -8,51 (-0,62 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,00
    +0,77 (+0,97 %)
     
  • DAX

    18 704,42
    -34,39 (-0,18 %)
     
  • FTSE 100

    8 420,26
    -18,39 (-0,22 %)
     
  • Nasdaq

    16 685,97
    -12,35 (-0,07 %)
     
  • S&P 500

    5 303,27
    +6,17 (+0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    38 787,38
    -132,88 (-0,34 %)
     
  • HANG SENG

    19 553,61
    +177,08 (+0,91 %)
     
  • GBP/USD

    1,2706
    +0,0035 (+0,28 %)
     

PER, SCPI, Crowdfunding : l'investissement facile dans l'immobilier

© Xose Bouzas / Hans Lucas

Le durcissement de l’accès au crédit immobilier, en particulier à des fins patrimoniales, ne ferme pas nécessairement la porte à tout investissement dans la pierre. ­Différents modes d’acquisition permettent d’y accéder différemment, dès quelques centaines ­d’euros. Chacun avec leurs avantages et leurs contraintes.

Via l’assurance-vie ou le PER

Un nombre croissant de contrats d’assurance-vie ou de plans d’épargne retraite (PER) permet d’investir dans des fonds immobiliers telles que les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) ou les sociétés civiles en unité de compte (SC), parmi une quarantaine pour les mieux dotés. Accessibles dès quelques centaines d’euros à l’ouverture, ces contrats peuvent ensuite être alimentés mensuellement par un virement automatique en provenance du compte courant, dès 30 ou 50 euros pour les plus abordables. Mais quelques précautions s’imposent avant de souscrire.

« Il faut veiller à ce que l’intégralité des loyers versés par les SCPI soit reversée », avertit Nicolas Decaudain, président de Prosper Conseil. Certaines ­compagnies captent jusqu’à 15 % des revenus locatifs, ce qui obère la rentabilité du placement. La possibilité de réinvestir automatiquement les loyers en nouvelles parts de SCPI est un plus. Gare également aux frais de gestion annuels du contrat. « Les bons élèves se situent à 0,5 % des encours », note Nicolas Decaudain. Ce dernier avertit, dans le cadre du PER, que les supports immobiliers ne sont peut-être pas les plus...


Lire la suite sur LeJDD