Marchés français ouverture 4 h 42 min
  • Dow Jones

    33 945,58
    +68,61 (+0,20 %)
     
  • Nasdaq

    14 253,27
    +111,79 (+0,79 %)
     
  • Nikkei 225

    28 871,64
    -12,49 (-0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,1927
    -0,0016 (-0,13 %)
     
  • HANG SENG

    28 484,52
    +174,76 (+0,62 %)
     
  • BTC-EUR

    28 341,71
    +799,14 (+2,90 %)
     
  • CMC Crypto 200

    807,77
    +13,44 (+1,69 %)
     
  • S&P 500

    4 246,44
    +21,65 (+0,51 %)
     

Trop-perçus, manque d'information... la galère des chômeurs qui enchaînent les contrats courts

·1 min de lecture

Une enquête de la Dares et le dernier rapport annuel du médiateur national de Pôle emploi mettent en lumière les difficultés rencontrées par les demandeurs d’emploi qui multiplient les contrats courts.

Enchaîner les contrats courts n’est pas chose aisée. Et encore moins lorsqu’il s’agit de cumuler ces emplois avec du chômage. Une pratique qui va d’ailleurs être fortement pénalisée dans le cadre de la réforme de l’assurance chômage. “Être inscrit comme demandeur d’emploi et travailler ne font pas toujours bon ménage”, confirme ainsi le médiateur national de Pôle emploi, Jean-Louis Walter, dans son rapport 2020 publié mardi 4 mai. Et ce n’est pas l'enquête dévoilée ce jeudi par la Dares, le service statistiques du ministère du Travail, qui va le contredire.

Pour rappel, il est possible de travailler tout en étant inscrit à Pôle emploi. C’est ce qu’on appelle l’activité réduite. Près d’un allocataire sur deux serait dans cette situation, selon l’Unédic. Les demandeurs d’emploi en activité réduite, qu’on surnomme les “permittents”, sont ceux que l’on retrouve dans les catégories B et C de Pôle emploi. Dans ce cadre, ils peuvent cumuler des allocations chômage avec le salaire issu de leur nouvelle activité. À condition toutefois que ce cumul ne dépasse pas le montant de leur ancien salaire mensuel, qu’ils touchaient avant d’être au chômage.

Des règles méconnues

Sauf que “certaines personnes potentiellement éligibles ne recourent pas à l'indemnisation”, signale la Dares. Et cela s’explique, entre autres, “par leur méconnaissance des règles (jeunes en début de vie active, anciens fonctionnaires, etc.)”, ajoute le service statistiques du ministère du Travail. Un cruel manque d’information en la matière (...)

Cliquez ici pour voir la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :

Cadres : les secteurs qui vont le plus recruter en 2021
Ces couacs dans la rémunération des chômeurs en formation
Disponibilité dans la fonction publique : conditions et effets
Ces 16 métiers qui comptent recruter en 2021… mais qui peinent à trouver des candidats
Micro-entreprise : Pour qui ? Comment la créer ? Quel intérêt ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles