La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 086,04
    +368,95 (+1,09 %)
     
  • Nasdaq

    11 584,55
    +190,74 (+1,67 %)
     
  • Nikkei 225

    27 327,11
    -106,29 (-0,39 %)
     
  • EUR/USD

    1,0868
    +0,0012 (+0,11 %)
     
  • HANG SENG

    21 842,33
    -227,40 (-1,03 %)
     
  • BTC-EUR

    21 167,95
    +31,02 (+0,15 %)
     
  • CMC Crypto 200

    521,84
    +3,04 (+0,59 %)
     
  • S&P 500

    4 076,60
    +58,83 (+1,46 %)
     

Pénuries : ces aliments vont manquer dans les supermarchés en 2023

Pénuries : quels aliments vont manquer dans les supermarchés en 2023 ?(Crédit : Getty Images)
Pénuries : quels aliments vont manquer dans les supermarchés en 2023 ?(Crédit : Getty Images)

Selon un récent sondage, 59% des Français craignent d'éventuelles pénuries alimentaires lors des prochains mois.

Les pénuries de produits sont désormais monnaie courante dans les supermarchés. En poussant leur caddie, les clients sont confrontés à des ruptures de stocks sur de multiples produits. Et cela ne devrait pas s’arranger en 2023. Tour d'horizon non exhaustif des produits qui devraient manquer dans les rayons cette année.

  • La viande rouge

Les amateurs de côte de boeuf ou de rôti de veau vont faire grise mine en 2023. L’été 2022, particulièrement chaud et sec, a mis à mal le secteur agricole. Les éleveurs ont dû se résoudre à nourrir les animaux avec des céréales plutôt que l’herbe grillé des prairies. Mais la guerre en Ukraine a fait flamber les prix des céréales comme jamais. Conséquence : certains agriculteurs ont réduit leur cheptel pour s’en sortir. "Cela veut dire que demain, dans les supermarchés, il y aura des rayons qui vont être vides et cela va être plus compliqué pour le consommateur de trouver de la nourriture", s’inquiétait Pascal Lerousseau, le président de la chambre d'agriculture de la Creuse à France Bleu l’été dernier. À terme, une raréfaction de la viande et donc une hausse des prix est donc à craindre.

  • Le riz

La menace d'une pénurie de riz dans nos supermarchés se précise. Le syndicat rizicole français se préoccupe des mauvaises récoltes en Asie et prévoit des manques dans les rayons à partir du mois de février. Le riz basmati est en première ligne. "Nous avons des craintes pour l'approvisionnement de ce riz, qui représente 45% de la consommation des riz en France. On risque d'avoir des trous d'approvisionnement. Un mois, deux mois, avec un retour du produit au gré de la possibilité pour les Indiens ou les Pakistanais de faire venir ces riz vers les ports pour être exportés", prévient Thierry Liévin, président du Syndicat de la rizerie française (SRF) sur France Info.

  • Les pois chiches

Vous raffolez des pois chiches ? Vous avez certainement diminué votre consommation l’année dernier au vu des difficultés d’approvisionnements des supermarchés. Malheureusement, la situation ne va pas s’améliorer en 2023. Impacté par la guerre en Ukraine et de mauvaises conditions météorologiques, cette légumineuse très prisée des végétariens va se faire plus rare dans nos rayons. Au point de tout simplement disparaître provisoirement ? "Système U a décidé d’arrêter la production de pois chiche sous la marque U, car la hausse qui nous était demandée était beaucoup trop importante. Et on pense qu’à ce prix-là, on n’en vend plus", expliquait l’automne dernier le président du groupe Système U Dominique Schelcher au micro de France Info.

  • Les champignons

Comme pour les pois chiches, acheter des champignons à un tarif raisonnable relève souvent du casse-tête pour les distributeurs. Résultat, la grande distribution passe son tour en attendant des jours meilleurs. Certains champignons sont également devenus "trop chers" pour certaines enseignes. "À un moment, mettre des produits en rayons pour ne pas les vendre, ça n’a plus de sens. Et c’est ce type de décisions qu’on est en train de prendre", regrette Dominique Schelcher.

  • Moutarde, pain, farine…

À noter aussi que les pénuries de 2022 (huile de tournesol, moutarde, pain, céréales…) devraient se poursuivre tout au long de cette année. Selon le PDG de Reine de Dijon, troisième producteur français de moutarde, il va falloir attendre "au moins jusqu'en 2024" pour retrouver des prix normaux sur le marché et un approvisionnement régulier.

VIDÉO - Pourquoi faut-il craindre une pénurie de nourriture pour animaux en rayons