Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    38 681,61
    +92,45 (+0,24 %)
     
  • Nasdaq

    17 799,13
    +110,25 (+0,62 %)
     
  • Nikkei 225

    38 102,44
    -712,12 (-1,83 %)
     
  • EUR/USD

    1,0728
    +0,0020 (+0,18 %)
     
  • HANG SENG

    17 936,12
    -5,66 (-0,03 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 372,64
    -676,07 (-1,09 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 379,06
    -9,10 (-0,66 %)
     
  • S&P 500

    5 460,73
    +29,13 (+0,54 %)
     

Le Pentagone estime que l'Ukraine gâche ses munitions

US Department of Defense

L’Ukraine tire bien plus d’obus d’artillerie que l’Otan en produit. Le Pentagone estime que les officiers de Kiev doivent modifier leurs tactiques pour ne viser que les cibles jugées importantes afin “d’éviter de gaspiller des munitions”. Le Washington Post a aussi révélé que les États-Unis et certains de leurs alliés étaient frustrés par le peu de gains territoriaux obtenus par la contre-offensive ukrainienne. Les hauts gradés américains ont étudié la stratégie ukrainienne pour en tirer de nouvelles leçons.

En premier lieu, le Pentagone a incité les commandants ukrainiens à mieux hiérarchiser les cibles et à concentrer leurs forces sur les points de rupture potentiels le long de la ligne de front, longue de presque 1.000 kilomètres. En effet, l'Ukraine a dispersé ses forces sur trois axes, au lieu de se concentrer sur la poussée principale vers le sud, à travers la région Zaporojié, toujours selon Washington. Cette avancée a pour but de capturer la ville de Mélitopol et de couper le pont terrestre qui relie le territoire russe à la Crimée.

Cette stratégie s’est heurtée aux innombrables défenses russes et les troupes ukrainiennes n’avancent plus. Pire encore, selon les services secrets américains, cet aspect de la contre-offensive ne pourra pas réussir. D’autant plus que l’armée ukrainienne a aussi envoyé ses unités dans la région autour de Bakhmout pour tenter de récupérer ce site ou de se protéger d’une attaque russe. Outre la trop grande dispersion des unités ukrainiennes, les (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite