Marchés français ouverture 2 h 30 min

Pension de réversion : public-privé, quel régime est le plus généreux ?

Dans le cadre de la réforme des retraites, une harmonisation des pensions de réversion du public et du privé est sur la table. Qui, des fonctionnaires ou des salariés, auraient le plus à perdre ? Cela dépend du profil.

C’est l’un des dossiers chauds de la réforme des retraites qui se profile : les pensions de réversion, ces rentes versées au conjoint survivant après un décès, pourraient voir leur règles harmonisées. Projet potentiellement explosif, car actuellement, les modalités diffèrent largement selon les régimes. En particulier entre le public et le privé. Mais quel régime est le plus généreux actuellement, et qui aurait donc le plus à perdre ? Eh bien, tout dépend de votre profil.

Les salariés du privé bénéficient d’un taux de réversion supérieur : la pension de réversion représente 54% de la pension du défunt, dans le régime de base, et 60% dans les régimes complémentaires, contre 50% dans le public. Par contre, la pension du régime de base du privé est conditionnée à un montant de ressources : si le conjoint survivant gagne plus de 20.550 euros (s’il vit seul), il ne reçoit pas de pension de réversion de la CNAV. Il n’y a de plafonnement dans le public, ni dans les régimes complémentaires du privé (voir le tableau comparatif plus bas).

Au final, l’un ou l’autre régime peut se révéler avantageux, selon les revenus touchés, comme le démontrent ces deux exemples, que nous a fourni le think tank Ifrap. Ainsi, pour un couple de fonctionnaires retraités touchant une pension de 2.017 euros brut par mois chacun, la pension de réversion versée au conjoint survivant, après le décès de l’un des membres, s’élèvera à 1.009 euros. Pour un couple touchant le même montant de pension, mais dont les membres ont fait leur carrière dans le privé, la réversion s’élèvera à seulement 406 euros. Soit 603 euros de moins ! En cause, le plafond de revenus imposé par la CNAV, qui prive le survivant de cette pension de réversion issue du régime de base, si son conjoint a (...) Cliquez ici pour voir la suite