Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    38 485,07
    +245,09 (+0,64 %)
     
  • Nasdaq

    15 677,29
    +225,99 (+1,46 %)
     
  • Nikkei 225

    37 552,16
    +113,55 (+0,30 %)
     
  • EUR/USD

    1,0703
    +0,0047 (+0,44 %)
     
  • HANG SENG

    16 828,93
    +317,24 (+1,92 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 350,00
    +546,34 (+0,88 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 435,34
    +20,58 (+1,45 %)
     
  • S&P 500

    5 067,23
    +56,63 (+1,13 %)
     

Pension alimentaire : son versement aux enfants majeurs bientôt garanti par la CAF

Marco VDM / Getty Images

C’est un angle mort de la politique familiale… les impayés de pensions alimentaires qui frappent les jeunes adultes ayant des parents séparés ou divorcés. Car certains parents l’oublient, mais le versement d’une pension alimentaire ne s’arrête pas à la majorité de leur enfant… «Contrairement aux idées reçues, cette obligation [de contribuer à l’entretien et à l’éducation des enfants, NDLR] ne prend pas fin à la majorité de l’enfant, a rappelé à l’Assemblée nationale la ministre chargée de la Jeunesse et des Familles Sarah El Haïry, jeudi 14 janvier. Les parents restent tenus de verser cette pension alimentaire aussi longtemps que l’enfant n’est pas financièrement autonome.» Pour venir en aide à ces jeunes majeurs, mis en difficulté financière par un parent mauvais payeur, l’Assemblée nationale a adopté à l’unanimité une proposition de loi issue du groupe Horizons, membre de la majorité présidentielle, visant à «garantir le versement des pensions alimentaires aux enfants majeurs».

Mais comment faire pour diminuer les impayés ? Les parlementaires souhaitent s’appuyer sur le service public d’intermédiation financière des pensions alimentaires (IFPA), créé par la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2020. Ainsi, les enfants majeurs pourront recevoir la pension de leur «parent débiteur» via l’Agence de recouvrement et d’intermédiation des pensions alimentaires (ARIPA), gérée par la Caisse d’allocations familiales et la Mutualité sociale agricole (MSA). En revanche, cette (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Complémentaire santé solidaire : puis-je la résilier en cours d’année ?
Chez cette coiffeuse de Chartres, on choisit son prix !
Votre chien a mordu quelqu’un ? Voici ce que la loi vous oblige à faire
AAH : la galère de ces allocataires qui ont toutes les peines du monde à percevoir leur aide
Tourisme : plus de la moitié des Français ne partiront pas en vacances cet été