Marchés français ouverture 6 h 18 min

Voici ce que pense Thierry Breton des GAFA

Thomas Chenel

Thierry Breton, ancien patron d'Atos et futur commissaire européen au Numérique. Stéphane Grangier/ Corbis/ Getty Images

La candidature de Thierry Breton à la Commission européenne a été validée par le Parlement européen jeudi 14 novembre. L'ancien PDG d'Atos devrait ainsi devenir commissaire européen au Marché intérieur, à l'Industrie, à la Défense, à l'Espace et au Numérique. Dans le cadre de ce vaste portefeuille, l'ancien ministre de l'Economie sous Jacques Chirac, de 2005 à 2007, aura notamment à gérer les enjeux afférents aux géants américains du numérique, écrasant toute concurrence en Europe. 

Thierry Breton s'est déjà exprimé plusieurs fois sur ces acteurs, souvent regroupés sous l'acronyme Gafa (ou Gafam), pour Google, Amazon, Facebook, Apple (et Microsoft). Sa nomination n'a toutefois pas manqué de susciter des doutes et des interrogations en raison de la proximité de son futur portefeuille avec les activités d'Atos, qu'il a dirigé pendant dix ans, de 2009 à 2019. Spécialisée dans les services numériques, l'entreprise a annoncé l'an dernier s'allier à Google dans l'intelligence artificielle. Elle prévoit l'ouverture de trois "laboratoires" dans le monde pour élaborer des solutions en commun dans ce domaine avec la société américaine.

"Les perspectives commerciales sont énormes", avait déclaré en avril 2019 Thierry Breton à l'AFP. "On a déjà un pipeline (de perspectives) de plus d'un milliard d'euros auprès de prospects potentiels." 

Les Gafa 'captent trop de valeur' pour Thierry Breton

L'ancien patron de France Télécom (2002-2005) et de Thomson (1997-2002) a depuis précisé devant les eurodéputés avoir vendu la totalité de ses actions Atos — pour un montant de 45 millions d'euros selon l'AMF (Autorité des marchés financiers) — et démissionné des mandats qu'il exerçait dans divers conseils d'administration.

Mais…

>> LIRE LA SUITE SUR BUSINESS INSIDER

Lire aussi : La candidature de Thierry Breton, l'ancien PDG d'Atos, à la Commission européenne acceptée par les eurodéputés

Aussi sur Business Insider