La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 169,41
    +3,69 (+0,06 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 978,84
    +1,01 (+0,03 %)
     
  • Dow Jones

    33 800,60
    +297,03 (+0,89 %)
     
  • EUR/USD

    1,1905
    -0,0016 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    1 744,10
    -14,10 (-0,80 %)
     
  • BTC-EUR

    50 333,31
    +803,84 (+1,62 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 235,89
    +8,34 (+0,68 %)
     
  • Pétrole WTI

    59,34
    -0,26 (-0,44 %)
     
  • DAX

    15 234,16
    +31,48 (+0,21 %)
     
  • FTSE 100

    6 915,75
    -26,47 (-0,38 %)
     
  • Nasdaq

    13 900,19
    +70,88 (+0,51 %)
     
  • S&P 500

    4 128,80
    +31,63 (+0,77 %)
     
  • Nikkei 225

    29 768,06
    +59,08 (+0,20 %)
     
  • HANG SENG

    28 698,80
    -309,27 (-1,07 %)
     
  • GBP/USD

    1,3706
    -0,0029 (-0,21 %)
     

Pensées suicidaires, racisme, nouvel enfant : Meghan et Harry vident leur sac

·1 min de lecture

Meghan Markle a eu des idées suicidaires lorsqu'elle vivait au sein de la famille royale et s'est vu refuser le soutien psychologique qu'elle demandait parce que cela aurait nui à l'image de l'institution, a-t-elle révélé dans une interview explosive de deux heures à la star de la télévision américaine, Oprah Winfrey. Lors de cet entretien très attendu diffusé dimanche soir par la chaîne CBS, l'épouse métisse du prince Harry, parfois émue aux larmes, a aussi fait état de conversations au sein de la famille royale sur la couleur de peau de son fils lorsqu'elle en était enceinte. Harry a quant à lui déclaré être "déçu" par son père.

Leur deuxième enfant est une fille

Harry et Meghan ont aussi révélé qu'ils attendent une fille, leur deuxième enfant après la naissance d'Archie, un garçon, en mai 2019. "Avoir un garçon, puis une fille, que peut-on demander de plus?", s'est réjoui le prince Harry, qui a épousé Meghan Markle en 2018.

Concernant la situation dans la famille royale, "je ne voulais tout simplement plus être en vie. Et c'étaient des pensées constantes, terrifiantes, réelles et très claires", a dit la duchesse de Sussex, qui attend son deuxième enfant, mettant son état psychologique sur le compte de la couverture agressive des médias britanniques. L'Américaine a dit être allée voir des membres de l'institution royale pour demander de l'aide et évoquer la possibilité d'une prise en charge médicale, "et on m'a dit que je ne pouvais pas, que ce ne serait pas bon pour l'inst...


Lire la suite sur Europe1