Peillon sur le mariage homo : "Il n'y aura pas de guerre scolaire"

Tancé par Christine Boutin et Luc Chatel après sa mise en garde contre des discussions sur le mariage homosexuel dans les écoles catholiques, Vincent Peillon réplique. A ces personnalités de droite qui l'accusent d'avoir voulu "ranimer la guerre scolaire", le ministre de l'Education nationale fait ainsi valoir la "neutralité de l'école" sur RTL ce lundi 7 janvier.
 
"Nous ne faisons pas dans l'école de prosélytisme, nous veillons à respecter toutes les consciences", affirme Vincent Peillon. Le ministre indique par ailleurs que des cas de prosélytisme lui ont été signalés, sans autre précision.
 

 
"Certains petits esprits veulent là encore prendre les enfants en otage d'un débat d'adultes", estime le ministre de l'Education. "Ma responsabilité de ministre de l'Education c'est de ne pas importer dans l'école des débats qui doivent avoir lieu dans la société".
"Je promeus dans ce pays une laïcité ouverte, il n'y aura pas de guerre scolaire", assure-t-il, précisant que "la neutralité, ça vaut pour tout le monde, y compris les établissements publics".

La lettre de Labarre : une "maladresse"

 
Vincent Peillon avait écrit le 4 janvier aux recteurs, leur demandant "la plus grande vigilance" au sujet des débats autour du mariage homosexuels dans l'enseignement catholique, qualifiant de "faute" une lettre du secrétaire général de l'enseignement catholique, Eric de Labarre, aux chefs d'établissement, leur indiquant qu'ils pouvaient mettre en place des débats.