La bourse ferme dans 6 h 6 min
  • CAC 40

    6 577,98
    +46,06 (+0,71 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 089,84
    +25,01 (+0,62 %)
     
  • Dow Jones

    35 058,52
    -85,79 (-0,24 %)
     
  • EUR/USD

    1,1827
    +0,0001 (+0,01 %)
     
  • Gold future

    1 800,60
    +0,80 (+0,04 %)
     
  • BTC-EUR

    33 630,79
    +1 911,43 (+6,03 %)
     
  • CMC Crypto 200

    933,49
    +57,26 (+6,53 %)
     
  • Pétrole WTI

    72,51
    +0,86 (+1,20 %)
     
  • DAX

    15 553,08
    +33,95 (+0,22 %)
     
  • FTSE 100

    7 007,24
    +11,16 (+0,16 %)
     
  • Nasdaq

    14 660,58
    -180,14 (-1,21 %)
     
  • S&P 500

    4 401,46
    -20,84 (-0,47 %)
     
  • Nikkei 225

    27 581,66
    -388,56 (-1,39 %)
     
  • HANG SENG

    25 473,88
    +387,45 (+1,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,3885
    +0,0006 (+0,04 %)
     

Pegasus : Reporters sans frontières réclame à Israël un moratoire sur les ventes du logiciel

·1 min de lecture

Reporters sans frontières est remonté contre Israël. Suite à un scandale mondial d'espionnage, RSF a exigé que Tel Aviv impose un moratoire sur l'exportation du logiciel espion Pegasus par le géant local de la cybersécurité NSO. Les organisations Forbidden Stories et Amnesty International ont obtenu une liste de 50.000 numéros de téléphone, sélectionnés par les clients de NSO depuis 2016 pour être potentiellement surveillés, et l'ont partagée avec un consortium de 17 médias qui ont révélé son existence dimanche. Le président français Emmanuel Macron, le roi du Maroc Mohammed VI et le Premier ministre pakistanais Imran Khan figurent sur la liste des cibles potentielles de Pegasus, tout comme plus de 180 journalistes à travers le monde qui auraient été espionnés par différents Etats ayant eu accès à ce logiciel de la société NSO.

Introduit dans un smartphone, Pegasus permet d'en récupérer les messages, photos, contacts, et d'activer à distances les micros. "Des logiciels développés par les firmes israéliennes comme Pegasus de NSO mettent clairement en cause l'Etat d'Israël. Même si les autorités israéliennes ne jouaient qu'un rôle indirect, elles ne peuvent échapper à leur responsabilité", a indiqué RSF dans un communiqué. Permettant non pas de protéger des systèmes informatiques, mais de les infiltrer, le logiciel est considéré comme un produit de cybersécurité offensif et doit obtenir le feu vert du ministère israélien de la Défense pour être vendu à des pays tiers au même titre (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Afrique : le vaccin Pfizer BioNTech bientôt produit en Afrique du Sud pour fournir le continent
Pétrole : les prix du Brent rebondissent, le marché devrait se stabiliser
Les autorités suspendent un test antigénique jugé peu fiable
Les recettes de Monoprix pour se démarquer de ses concurrents
Une offre d’épargne boostée à durée limitée

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles