La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 638,46
    -63,52 (-0,95 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 158,51
    -36,41 (-0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 798,00
    +33,18 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,1718
    -0,0029 (-0,25 %)
     
  • Gold future

    1 750,60
    +0,80 (+0,05 %)
     
  • BTC-EUR

    36 303,87
    -690,53 (-1,87 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 067,20
    -35,86 (-3,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,95
    +0,65 (+0,89 %)
     
  • DAX

    15 531,75
    -112,22 (-0,72 %)
     
  • FTSE 100

    7 051,48
    -26,87 (-0,38 %)
     
  • Nasdaq

    15 047,70
    -4,54 (-0,03 %)
     
  • S&P 500

    4 455,48
    +6,50 (+0,15 %)
     
  • Nikkei 225

    30 248,81
    +609,41 (+2,06 %)
     
  • HANG SENG

    24 192,16
    -318,82 (-1,30 %)
     
  • GBP/USD

    1,3681
    -0,0040 (-0,29 %)
     

Pegasus, au coeur de la machine à espionner

·2 min de lecture

Ils pilotent une arme d’intrusion ciblée. NSO, une start-up israélienne, a créé un logiciel capable d’aspirer le contenu de n’importe quel téléphone sans se faire repérer. Conçu pour lutter contre le terrorisme et la pédophilie, ce bijou informatique a été vendu à une quarantaine de pays. Mais il aurait été utilisé pour surveiller et espionner… jusqu’au président français. Ses concepteurs se défendent. Sont-ils à l’origine d’une grave dérive ou victimes d’une guerre des services ?

Accusée par Amnesty International et un consortium de dix-sept rédactions, coordonné par l’agence Forbidden Stories, d’avoir donné les moyens d’espionner, depuis 2016, le téléphone portable de 189 journalistes, 600 responsables politiques, dont des ministres en exercice et des chefs d’État, ainsi que 65 chefs d’entreprise et 85 militants des droits humains, l’entreprise israélienne NSO se défend.

Interview :«On oublie le bon usage de Pegasus, qui a déjoué des attaques terroristes»

Selon l’ONG, leur logiciel espion Pegasus aurait infecté, ou tenté d’infecter, quelque 50 000 téléphones pour le compte de dizaines d’États, dont au premier chef le Mexique, le Maroc et les Émirats arabes unis. Amnesty International affirme avoir soumis ces milliers de numéros à son Security Lab, qui lui assure avoir retrouvé des traces d’infection, laissées par Pegasus, chez 1 000 personnalités civiles ou politiques. D’après NSO, la liste serait fausse. La start-up israélienne s’interroge d’ailleurs sur son origine, pointant qu’il n’existe aucune preuve étayant ces graves accusations.

Lire aussi :Scandale Pegasus : le Maroc nie en bloc

Au siège social – dont le capital appartient aux deux tiers à une société d’investissement britannico-luxembourgeoise, Novalpina Capital, elle-même détenue par quatre fonds de pension britanniques et américains –, à Herzliya, opulente ville côtière d’Israël, la semaine passée fut éprouvante, plongeant les 800 salariés de NSO au cœur du scandale. Son logiciel espion, un des plus sophistiqués au monde, est un puissant mouchard. Sans que le propriétaire du portable s’en rende compte, il aspire méthodiquement – en temps réel – l’intégralité de ses conversations, il lit ses mails, il copie ses échanges sur(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles