Marchés français ouverture 8 h 43 min
  • Dow Jones

    34 548,53
    +318,19 (+0,93 %)
     
  • Nasdaq

    13 632,84
    +50,42 (+0,37 %)
     
  • Nikkei 225

    29 331,37
    +518,77 (+1,80 %)
     
  • EUR/USD

    1,2066
    +0,0057 (+0,47 %)
     
  • HANG SENG

    28 637,46
    +219,46 (+0,77 %)
     
  • BTC-EUR

    46 675,39
    -876,16 (-1,84 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 468,60
    -2,81 (-0,19 %)
     
  • S&P 500

    4 201,62
    +34,03 (+0,82 %)
     

Les PDG, une espèce en voie d'extinction ?

·2 min de lecture

Les assemblées générales se bousculent en avril. Au menu : de nombreuses entreprises qui changent de tête et des sujets qui montent, comme la dissociation des fonctions de président et de directeur général. La preuve avec L'Oréal, Bouygues, Valeo et Saint-Gobain.

Inaugurée le 8 avril par Xavier Huillard à Vinci, la saison des assemblées générales 2021, en mode digital comme l'an dernier (lire encadré ci-dessous), bat son plein cette semaine : une dizaine de sociétés, dont Veolia, Kering et Bouygues, ont choisi la date du 22 avril pour organiser ce rendez-vous avec leurs actionnaires, après L'Oréal, le 20 avril, et avant Renault, le 23. Si le climat et l'environnement, ainsi que les rémunérations des dirigeants en temps de crise, figurent en bonne place parmi les sujets d'actualité, un autre thème monte en puissance : celui de la dissociation des fonctions de président et de directeur général, à l'ordre du jour à L'Oréal, Bouygues, Danone (29 avril), Valeo (26 mai) et Saint-Gobain (3 juin), sans oublier ArcelorMittal (4 mai). Capgemini avait franchi le pas dès 2020 et Schneider Electric s'y prépare d'ici à 2022, tout comme Scor et Orange.

Centraliser le pouvoir ou accepter un partage des rôles ? « Historiquement, il y a un grand nombre de PDG en France, avec une tendance à accorder un degré de plus au président et un de moins au directeur général, rappelle Patricia Barbizet, présidente du Haut Comité de gouvernement d'entreprise, chargé de faire respecter le code Afep-Medef, et qui connaît de l'intérieur de nombreux conseils du CAC 40. Mais s'il y a deux systèmes c'est que chacun a ses vertus et je suis attachée au maintien des deux. »

Trouver la bonne formule

Au pays du PDG tout-puissant, la question de la dissociation se pose pourtant avec un peu plus d'acuité chaque année. Parfois sous le coup d'une crise violente, comme celle qui a conduit à l'éviction du PDG Emmanuel Faber de Danone avec la nomination de Gilles Schnepp à la présidence et celle, programmée, d'un nouveau directeur général, le 14 mars. Parfois de façon moins précipitée, à la faveur d'une succession organisée selon les règles de l'art, comme entre Jean-Paul Agon et Nicolas Hiéronimus à L'Oréal, Martin Bouygues et Didier Roussat chez Bouygues, Jacques Aschenb[...]

Lire la suite sur challenges.fr