La bourse ferme dans 3 h 23 min
  • CAC 40

    6 688,21
    -8,75 (-0,13 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 953,75
    -2,78 (-0,07 %)
     
  • Dow Jones

    33 947,10
    -482,78 (-1,40 %)
     
  • EUR/USD

    1,0522
    +0,0024 (+0,23 %)
     
  • Gold future

    1 792,90
    +11,60 (+0,65 %)
     
  • BTC-EUR

    16 168,64
    -355,06 (-2,15 %)
     
  • CMC Crypto 200

    401,30
    -9,92 (-2,41 %)
     
  • Pétrole WTI

    75,74
    -1,19 (-1,55 %)
     
  • DAX

    14 432,10
    -15,51 (-0,11 %)
     
  • FTSE 100

    7 540,69
    -26,85 (-0,35 %)
     
  • Nasdaq

    11 239,94
    -221,56 (-1,93 %)
     
  • S&P 500

    3 998,84
    -72,86 (-1,79 %)
     
  • Nikkei 225

    27 885,87
    +65,47 (+0,24 %)
     
  • HANG SENG

    19 441,18
    -77,11 (-0,40 %)
     
  • GBP/USD

    1,2215
    +0,0021 (+0,17 %)
     

Dans ce pays, Uber contraint de payer une note salée pour régulariser les chauffeurs reconnus comme salariés

why kei/Unsplash

La société Uber devra régler en Suisse une addition salée pour régulariser la situation de ses chauffeurs. Le 17 juin dernier, le Tribunal fédéral du canton de Genève avait décidé que les chauffeurs de la plateforme étaient bel et bien des salariés, et non pas des indépendants. La société, arrivée sur le marché suisse en 2014, doit donc régulariser charges sociales, indemnités kilométriques, maladie, maternité... et primes diverses, pour un montant de 35 millions de francs suisses, soit 35,5 millions d'euros, rapporte La Tribune de Genève, ce vendredi 18 novembre. Normalement, le géant californien et les syndicats de chauffeurs devaient réussir à s'entendre sur un plan de régularisation. Mais face à leur désaccord en septembre dernier, c'est le Département de l'économie du canton qui a tranché, expliquent nos confrères.

Lors d'une conférence de presse qui a eu lieu ce vendredi, la cheffe du département a expliqué comment et à qui Uber devrait payer cette somme. Une partie (15,4 millions) règlera les cotisations sociales. 4,6 millions seront versés aux conducteurs au titre d'indemnités kilométriques. Le reste réglera la part patronale aux assurances sociales, les indemnités en cas de maladie, d'accident ou de maternité. Le média suisse précise que la plateforme de VTC enverra à chaque conducteur un courriel, avec les informations adéquates le concernant d'ici le 30 novembre. Les paiements devraient arriver sur les comptes des nouveaux salariés d'ici le début de l'année 2023. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Bourse : CAC 40, Stellantis, bitcoin, Michelin, Air liquide… au programme de Momentum cette semaine
Bourse, krach du bitcoin… “pour les salariés ayant quitté leur emploi, il est temps de retrouver un travail”
Facebook : quelles informations vont bientôt disparaître de votre profil ?
Gros changement à venir sur le marché de la livraison de courses à domicile
SpaceX : des salariés disent avoir été licenciés pour avoir critiqué Elon Musk