La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,14
    +96,81 (+1,54 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 017,44
    +64,99 (+1,64 %)
     
  • Dow Jones

    34 382,13
    +360,68 (+1,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,2146
    +0,0062 (+0,51 %)
     
  • Gold future

    1 844,00
    +20,00 (+1,10 %)
     
  • BTC-EUR

    40 457,43
    -17,57 (-0,04 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,33
    +39,77 (+2,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,51
    +1,69 (+2,65 %)
     
  • DAX

    15 416,64
    +216,96 (+1,43 %)
     
  • FTSE 100

    7 043,61
    +80,28 (+1,15 %)
     
  • Nasdaq

    13 429,98
    +304,99 (+2,32 %)
     
  • S&P 500

    4 173,85
    +61,35 (+1,49 %)
     
  • Nikkei 225

    28 084,47
    +636,46 (+2,32 %)
     
  • HANG SENG

    28 027,57
    +308,90 (+1,11 %)
     
  • GBP/USD

    1,4102
    +0,0050 (+0,36 %)
     

La pause dans l'administration du vaccin Johnson & Johnson prolongée aux Etats-Unis

·2 min de lecture

Les autorités américaines ont annoncé qu'elles prolongeaient la pause du vaccin de Johnson & Johnson dans leur campagne de vaccination. Elles enquêtaient après la découverte de six femmes qui ont développé des cas graves de thrombose, l'une d'entre-elles en est morte. Ce comité d'experts souhaite étudier plus de données avant de rendre sa décision.

La pause dans l'administration du vaccin anti-Covid Johnson & Johnson aux Etats-Unis est prolongée d'au moins une semaine, un groupe d'experts réunis mercredi ayant dit avoir besoin de plus de temps pour évaluer ses possibles liens avec la formation de graves caillots sanguins. Un groupe d'experts s'est réuni à la demande des Centres américains de lutte et de prévention des maladies (CDC), principale agence américaine de santé publique, après la découverte de six cas de femmes, dont une est décédée, ayant développé des cas graves de caillots sanguins en association avec des bas niveaux de plaquettes après leur injection, aux Etats-Unis.

Les experts veulent identifier plus de données

Le vaccin Johnson & Johnson a déjà été administré à 7,5 millions de personnes aux Etats-Unis, et un septième cas, celui d'une femme de 28 ans, a été évoqué pendant la réunion. Les experts auraient pu décider d'une restriction du vaccin à certaines parties de la population, mais la plupart d'entre eux ont déclaré avoir besoin d'étudier plus de données avant de trancher. 

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l'évolution de la situation jeudi 15 avrill

"Je ne veux pas qu'on laisse penser qu'il y a quelque chose de fondamentalement mauvais avec ce vaccin", a déclaré Beth Bell, présidente du groupe d'experts. "Mais je veux être capable de comprendre et de défendre la décision que j'ai prise sur la base d'une quantité raisonnable de données", a-t-elle ajouté. La date de la prochaine réunion n'a pas...

Lire la suite sur Europe1

Ce contenu peut également vous intéresser :