La bourse est fermée

Les patrons de Michelin baissent leurs salaires

Les dirigeants de Michelin réduisent leur rémunération, un geste de solidarité avec leurs les salariés du géant du pneumatique, touchés par le chômage partiel... "En manifestation de solidarité avec toute la communauté des salariés, les gérants, le comité exécutif et le conseil de surveillance du groupe Michelin revoient à la baisse leur rémunération", a annoncé le groupe dans un communiqué. Cette décision survient après des mesures similaires prises par l'équipementier automobile Plastic Omnium et le groupe de restauration collective Sodexo.

Florent Menegaux et Yves Chapot, gérants du groupe Michelin, "ont choisi de diminuer d'environ 25% leur rémunération pour les mois d'avril et de mai", a détaillé Michelin. Pour les membres du comité exécutif, la baisse décidée est d'environ 10% durant la même période. "Cette baisse sera reconduite aussi longtemps que des salariés du groupe se trouveront en situation d'activité partielle au motif de la crise sanitaire du Covid 19", a précisé l'entreprise. MM. Menegaux et Chapot "ont également exprimé la volonté de renoncer à une partie de leur rémunération variable 2019 versée en 2020, une fois que celle-ci aura été soumise au vote des actionnaires lors de l'assemblée générale qui se tiendra à huis clos le 23 juin".

>> A lire aussi - Michelin ferme ses usines en France et dans d'autres pays

En outre, le président du conseil de surveillance du groupe Michelin, Michel Rollier, et ses membres indépendants "s'associent à cet effort en faisant don de 25% du montant de leurs jetons de présence reçus en 2020 à des fondations de leurs pays respectifs ayant pour objet la lutte contre le Covid-19".

>> A lire aussi - Une décision de Michelin fait scandale et force le groupe à faire marche arrière

Après avoir stoppé la quasi-totalité de sa production, Michelin avait annoncé jeudi redémarrer graduellement trois de ses usines françaises, après avoir mis en place des protocoles sanitaires renforcés contre le coronavirus, une décision critiquée par

(...) Cliquez ici pour voir la suite

“Les faillites explosent, la dette des entreprises est à surveiller de près !”
Un maire italien imprime sa propre monnaie locale pour aider les habitants pendant la crise
Deux bailleurs sociaux de Seine-Saint-Denis suspendent ou reportent les loyers des plus précaires
Politiciens, hommes d'affaires, people... Quand l'élite urkrainienne attrape le coronavirus à Courchevel
Amazon mis en demeure de protéger du coronavirus ses salariés d'un entrepôt du Nord