La bourse ferme dans 6 h 6 min
  • CAC 40

    6 300,60
    +13,53 (+0,22 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 032,81
    -0,18 (-0,00 %)
     
  • Dow Jones

    34 200,67
    +164,67 (+0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,2037
    +0,0056 (+0,47 %)
     
  • Gold future

    1 788,10
    +7,90 (+0,44 %)
     
  • BTC-EUR

    47 212,20
    -960,37 (-1,99 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 289,92
    -101,79 (-7,31 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,04
    -0,09 (-0,14 %)
     
  • DAX

    15 444,31
    -15,44 (-0,10 %)
     
  • FTSE 100

    7 026,23
    +6,70 (+0,10 %)
     
  • Nasdaq

    14 052,34
    +13,54 (+0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 185,47
    +15,05 (+0,36 %)
     
  • Nikkei 225

    29 685,37
    +2,00 (+0,01 %)
     
  • HANG SENG

    29 106,15
    +136,44 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3886
    +0,0046 (+0,33 %)
     

Les patrons français s'inquiètent des conséquences du reconfinement

·2 min de lecture

La CPME, le Medef et les artisans craignent une contraction de l'activité et de graves conséquences pour les commerces.

Les organisations patronales ont mis en garde vendredi contre les conséquences économiques du reconfinement de 16 départements, dont ceux d'Ile-de-France, pour quatre semaines à compter de samedi, pour lutter contre le rebond de l'épidémie de Covid-19.

"Ce reconfinement ne tire pas les leçons des précédents, et aura évidemment des conséquences sur les entreprises et sur le moral des entrepreneurs et des salariés des régions concernées", a réagi le Medef dans une déclaration à l'AFP.

Les régions concernées "représentent des millions d'emplois et pèsent 40% du PIB français", fait-il remarquer.

La Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) juge pour sa part "particulièrement regrettable que les commerçants déjà plus que fragilisés par l'année qu'ils viennent de vivre se retrouvent, de facto, montrés du doigt", selon un communiqué.

La CPME demande la mise en place de nouvelles mesures de soutien comme une compensation pour "dépréciation des stocks" et une "prise en charge réelle des loyers", déjà prévue dans le cadre de la prise en charge des frais fixes mais uniquement pour les entreprises réalisant, sauf dans quelques cas particuliers, plus d'un million d'euros de chiffre d'affaires.

A défaut, la CPME craint "que certaines filières comme celle de l'habillement indépendant, par exemple, ne viennent purement et simplement à disparaître".

Pour le Medef, "refermer les commerces alors qu'on sait que ce ne sont pas des lieux de contamination et retomber dans l'absurdité de ce qui est essentiel et ce qui n'est pas essentiel, c'est ne tirer aucun enseignement d'un an de restrictions".

"L'urgence pour nous c'est vraiment d'accélérer la vaccination" et "ça doit se faire sept jours sur sept", souligne l'organisation.

"Impréparation, précipitation, confusion": l'Union des entreprises de proximité (U2P), qui représente des artisans et des professions libérales, dénonce pour sa part dans un communiqué l'absence de "concertation préalable avec les professions concernée[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi