La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 638,46
    -63,52 (-0,95 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 158,51
    -36,41 (-0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 798,00
    +33,18 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,1718
    -0,0029 (-0,25 %)
     
  • Gold future

    1 750,60
    +0,80 (+0,05 %)
     
  • BTC-EUR

    37 068,79
    +419,45 (+1,14 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 067,20
    -35,86 (-3,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,95
    +0,65 (+0,89 %)
     
  • DAX

    15 531,75
    -112,22 (-0,72 %)
     
  • FTSE 100

    7 051,48
    -26,87 (-0,38 %)
     
  • Nasdaq

    15 047,70
    -4,54 (-0,03 %)
     
  • S&P 500

    4 455,48
    +6,50 (+0,15 %)
     
  • Nikkei 225

    30 248,81
    +609,41 (+2,06 %)
     
  • HANG SENG

    24 192,16
    -318,82 (-1,30 %)
     
  • GBP/USD

    1,3681
    -0,0040 (-0,29 %)
     

Les patrons commencent à douter, voici pourquoi

·2 min de lecture

SONDAGE- Depuis le mois de juin, le baromètre BDO-OpinionWay-Challenges a glissé de 5 points. La cote du gouvernement auprès des patrons est également en baisse.

Avec la fin du quoi qu'il en coûte, les chefs d'entreprise naviguent entre soulagement et inquiétude. Le par un "retour au niveau d'activité d'avant-crise avant la fin de l'année".

Le variant Delta inquiète

Mais le virus rode toujours. Le , inquiète et les chiffres conjoncturels internationaux, et en particulier ceux des Etats-Unis, ne sont pas bons. Sur les trois dernières semaines, par exemple, selon une étude Economic Innovation Group, seules 8% des PME américaines ont vu leur activité progresser. MGM Resorts a de son coté annoncé une vague d'annulation de voyages d'affaires. La progression de la maladie et des sont à nouveau scrutées de prêt. "L’effort vaccinal risque de perdurer, sûrement avec le besoin et la généralisation d’une troisième dose, alors que l’hémisphère nord entre dans la période climatique la plus froide, propice à la prolifération du virus" explique ainsi Sebastian Paris Horvitz, économiste à La Banque Postale Asset Management dans une note en date du 13 septembre.

Blocages du côté de l'offre

La vigueur de la reprise est aussi freinée par des problèmes d'offre. La difficulté à embaucher d'abord, alors que 14% (solde net) des chefs d'entreprise interrogées par le ont l'intention d'augmenter le nombre de leurs salariés dans les six mois. Ensuite, un cinquième des dirigeants continue d'avoir des craintes concernant le rythme de production de leur chaîne d'approvisionnement.

Des signes d\'inquiétude
Des signes d\'inquiétude

Moral en baisse de 5 points

A l'arrivée, le fameux "moral des patrons" (indice de confiance en l'économie française à six mois) se tasse de 5 points depuis la vague d'enquête réalisée en juin. Pas d'inquiétude, il reste perché à 78%. La confiance dans le gouvernement baisse un peu plus nettement, avec une glissade 15 points, à 64%. Comme si l'optimisme affiché par les pouvoirs publics n'était pas en ligne avec le "ressenti" des chefs d'entreprise. Les économistes - souvent moqués pour leurs prévisions cataclysmiques au début de la crise sanitaire - restent prudents. En s'ap[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles