La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 287,07
    +52,93 (+0,85 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 032,99
    +39,56 (+0,99 %)
     
  • Dow Jones

    34 200,67
    +164,68 (+0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1980
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • Gold future

    1 777,30
    +10,50 (+0,59 %)
     
  • BTC-EUR

    44 486,85
    -7 211,76 (-13,95 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,97
    +7,26 (+0,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,07
    -0,39 (-0,61 %)
     
  • DAX

    15 459,75
    +204,42 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 019,53
    +36,03 (+0,52 %)
     
  • Nasdaq

    14 052,34
    +13,58 (+0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 185,47
    +15,05 (+0,36 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 969,71
    +176,57 (+0,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,3840
    +0,0056 (+0,41 %)
     

Le patronat veut pouvoir imposer des congés

·2 min de lecture

Les organisations patronales Medef et CPME demandent que les chefs d’entreprise puissent imposer la prise de congés durant le confinement. Pour l'instant, l'employeur ne peut légalement contraindre un salarié à poser des congés sans un délai de prévenance d'un mois minimum.

La décision de l'exécutif a décidé de fermer les écoles pour au moins trois semaines et d'unifier les vacances scolaires du printemps sur tout le territoire, chamboule l'organisation de nombreux salariés, parents d’élèves, et donc les plannings des entreprises. Du coup, du côté des employeurs, la question d'imposer des jours de congés payés aux salariés se pose de nouveau, comme lors du confinement du printemps 2020. Patrick Martin, président délégué du Medef, souligne l’impact, avec 1,7 million de salariés susceptibles d’être placés en chômage partiel pour garde d'enfants.

Ce nouveau dispositif implique de fait une nouvelle organisation pour les parents qui, pour certains, avaient déjà posé leurs congés payés à des dates désormais caduques. Pour garder leurs enfants ou simplement passer du temps avec eux, il leur faut donc modifier ces dates à la dernière minute. Et le gouvernement espère que les employeurs se montreront conciliants. Car la période de prévenance est habituellement d’un mois pour poser ses congés. Jeudi 1er avril, le ministère du Travail a donc émis une série de recommandations aux entreprises pour les inviter à faire preuve de compréhension, en facilitant la prise de congés de leurs salariés sur les nouvelles dates de vacances scolaires, du 10 au 26 avril, lorsqu’ils avaient déjà prévu leurs congés à des dates ultérieures.

Mais, dans sa communication, la ministre du Travail Élisabeth Borne n'a pas répondu à une demande du patronat, qui lui voudrait pouvoir "repositionner" les congés des salariés. Medef et CPME redoutent que certains salariés, en chômage partiel durant le nouveau confinement, enchaînent ensuite sur des congés, alors que, fin avril, l’activité doit redémarrer. Risque évident car les derniers congés de l’année en cours sont à solder fin mai.

Un mois d'absence sans congés, trop lourd

Selon l'ordonnance du 25 mars 2020, dont l’application est étendue jusqu’au 30 juin, le chef d’entreprisepeut imposer, durant l'arrêt d'activité, la pris[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi