La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 703,22
    -80,67 (-1,39 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 636,44
    -48,84 (-1,33 %)
     
  • Dow Jones

    30 932,37
    -469,64 (-1,50 %)
     
  • EUR/USD

    1,2088
    -0,0099 (-0,81 %)
     
  • Gold future

    1 733,00
    -42,40 (-2,39 %)
     
  • BTC-EUR

    37 091,52
    -2 478,65 (-6,26 %)
     
  • CMC Crypto 200

    912,88
    -20,25 (-2,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    61,66
    -1,87 (-2,94 %)
     
  • DAX

    13 786,29
    -93,04 (-0,67 %)
     
  • FTSE 100

    6 483,43
    -168,53 (-2,53 %)
     
  • Nasdaq

    13 192,35
    +72,92 (+0,56 %)
     
  • S&P 500

    3 811,15
    -18,19 (-0,48 %)
     
  • Nikkei 225

    28 966,01
    -1 202,26 (-3,99 %)
     
  • HANG SENG

    28 980,21
    -1 093,96 (-3,64 %)
     
  • GBP/USD

    1,3922
    -0,0091 (-0,65 %)
     

Le patronat britannique demande le soutien du gouvernement

·1 min de lecture

Le Royaume-Uni, pays d’Europe le plus éprouvé par le coronavirus est actuellement en confinement strict. Une situation qui pèse durement sur les entreprises déjà fragilisées par le Brexit, averti ce mardi 19 janvier le principal patronat britannique. La CBI, la Confédération of British Industry, l’équivalent du Medef en France, a écrit au ministre des Finances, Rishi Sunak, pour appeler à une prolongation des aides gouvernementales.

La CBI, qui représente près de 200 000 entreprises britanniques, demande que le gouvernement annonce tout de suite l’extension du chômage partiel et des exonérations fiscales, sans attendre la présentation du budget annuel le 3 mars.

Les entreprises ont besoin de visibilité, car elles doivent prendre des « décisions difficiles sur les emplois », voire sur le maintien de leur activité « dans les toutes prochaines semaines ». Pour limiter la casse, il plaide pour que le soutien de l’État soit étendu au-delà d’avril jusqu’à fin juin.

L’organisation demande également un report du paiement de la TVA, et la prolongation du coup de pouce fiscal sur les locaux commerciaux, pour les commerces évidemment et pour la restauration, particulièrement frappés par les mesures de confinement.

Certes, reconnaît la Confederation of Bristish Industry, les pouvoirs publics ont déjà beaucoup aidé les entreprises et l’économie. Ils ont en effet mobilisé près de 300 milliards de livres, soit près de 337 milliards d’euros, depuis le début de la pandémie, au printemps l’année dernière. Un soutien qui ne doit surtout pas s’arrêter brutalement, insiste Tony Danker, mais progressivement, si l’on veut éviter que des centaines de milliers d’entreprises fassent faillite.